RMC

"Je suis dans une situation très compliquée": le calvaire de Laetitia, mère célibataire, sans pension alimentaire depuis quatre ans

Lors de sa présentation des conclusions du grand débat le 25 avril dernier, le chef de l'Etat a émis le souhait de mettre en place "un système où la CAF, pourrait prélever directement les pensions alimentaires dues, quand elles ne sont pas versées". Si le système existe déjà, il n'est pas pour autant optimal.

En France, 40% des pensions alimentaires seraient totalement ou partiellement impayées. Dans les annonces qu’il a faites après le grand débat national, Emmanuel Macron a affirmé qu’il voulait lutter contre ce phénomène. 

Le petit Thomas n’a que six mois quand Laetitia et son ex-conjoint se séparent en 2015, la jeune maman ne reçoit alors aucune pension alimentaire. "Trois ans et demis, quatre ans de combat pour obtenir les 200 euros par mois de pension alimentaire pour mon fils", explique-t-elle. 

Après avoir fait appel à un huissier, Laetitia prévient la CAF en 2017, mais le père de Thomas se retrouve insolvable et la caisse d’allocations familiales ne recouvre pas la pension alimentaire. 

"J’ai des dettes, un crédit... Je suis dans une situation très compliquée et je ne peux pas m’occuper de Thomas comme il se doit", confie la mère.

Création d'une agence liée au Trésor Public 

Emmanuel Macron souhaite renforcer les pouvoirs de la CAF. Fausse bonne idée selon Stéphanie Lamy. La cofondatrice du collectif Abandon de famille -Tolérance zéro, propose comme au Canada la création d’une agence liée au Trésor Public. 

"C’est une agence qui se charge de la perception et du versement des sommes. Si jamais un débiteur est récalcitrant, c’est le trésor public qui va mettre en place les mesures de recouvrement. Et pour les plus têtus, il pourrait même porter plainte au pénal pour abandon de famille ou organisation frauduleuse d’insolvabilité", affirme Stéphanie Lamy. 

Le collectif a lancé la pétition Stop aux Miettes pour réclamer une vraie réforme. 

Alice Froussard et Margaux Bédé avec Guillaume Descours