RMC

Lave-vaisselle, aspirateur... l'indice de réparabilité étendu à de nouveaux produits

À compter de ce vendredi 4 novembre, l’indice de réparabilité va être étendu à de nouvelles catégories de produits.

Depuis 2021, certains appareils doivent afficher un indice de réparabilité. Une note de 1 à 10 qui mesure la capacité de certains produits à être réparé ou pas et un logo qui va du vert foncé pour les produits facilement réparables au rouge vif pour les produits non réparables. À partir de ce vendredi, ce logo devient obligatoire pour tout un nouveau panel de produits.

Jusqu'ici, on trouvait déjà les smartphones, les ordinateurs portables, les téléviseurs, les tondeuses à gazon électriques et certains lave-linge. Dès ce 4 novembre, il devient obligatoire pour tous les lave-linge, les lave-vaisselle, les nettoyeurs à haute pression et les aspirateurs.

Un indice fiable?

Ce sont les fabricants eux-mêmes qui calculent la note selon quatre critères: la démontrabilité du produit, la disponibilité des pièces détachées, leur prix et la documentation technique. Il peut être étonnant de voir que la robustesse ou la fiabilité des produits ne sont pas présents dans ces critères. En fait, c'est un indice améliorable, plus que fiable. L’UFC-Que Choisir trouve qu’il ne permet pas de juger si un produit est réparable et voudrait rendre la grille de notation plus accessible aux consommateurs.

>>> Toute l'actualité éco est à retrouver en podcast

D’ici 2024, la loi anti-gaspillage prévoit que l'indice de réparabilité devienne un indice de durabilité: un chantier en cours pour définir les critères et avancer vers plus de transparence auprès des consommateurs. Mais le gros problème pour cette transparence et cette réparabilité, c'est le manque de bras. En effet, selon le site d’emploi Indeed, il y a 26.302 postes de technicien(ne)s SAV à pourvoir. Une filière qui recrute, en manque de main d'œuvre et où tout est à bâtir en France.

Lorraine Goumot avec Maxime Martinez