RMC

Le retour des discothèques du 31 décembre, après deux ans de restrictions Covid

Les discothèques (image d'illustration)

Les discothèques (image d'illustration) - AFP

Après deux ans de fermetures à la St-Sylvestre, les discothèques vont vivre leur premier réveillon post-Covid. Une soirée entre engouement, joie de se retrouver et importance économique.

Après le repas du réveillon, de nombreux jeunes opteront pour la fête pour passer à la nouvelle année. Dans le secteur de la nuit, le réveillon du Nouvel An 2023 est vécu comme une libération. Pour la première fois depuis deux ans, il n'y aura pas de restrictions pendant les fêtes, là où les 900 boîtes de nuit françaises étaient fermées lors du passage à 2021 et 2022.

Entre concentration, pour être prêtes à l'heure H, et enthousiasme, les discothèques prévoient une soirée chargée. Au Balajo, une discothèque du onzième arrondissement de Paris, le patron de l'établissement, Fabien Chartol, s'attend à une soirée spéciale. En prévision d'une grosse affluence, il a recruté en plus un DJ, un agent de sécurité et une personne au bar.

"D'habitude, à 2h/2h30, c'est l'heure où nous avons un gros afflux de clients, mais là je pense qu'on sera déjà bien complets à 1h du matin."

Un engouement chez les jeunes

Après les deux années de pandémie, Fabien Chartol perçoit un engouement encore plus grand pour cette soirée, surtout auprès des jeunes. "En 2019, on avait une clientèle qui avait plus la trentaine, alors que là, ce sont des jeunes de 20 à 25 ans. On reçoit beaucoup de mails, d'appels avec beaucoup de clients qui nous demandent ce qui va se passer, ce qui est prévu."

"C'est une année de libération !"

Même son de cloche chez Matthieu Lebrun. Ce dirigeant de discothèque dans la Manche se dit "très heureux" de cette libération, après notamment "une année d'incompréhensions", notamment sur la fermeture des boîtes de nuit lors des fêtes 2021. "Ouvert ou fermé, ça n'aurait pas changé grand-chose."

Un soirée économiquement importante

Mais ceci passé, il se dit "heureux de pouvoir refaire la fête avec les clients": "l'engouement de la réouverture est passé, même si on travaille très bien et qu'on est au-delà des résultats de 2019, c'est un événement très important pour les discothèques et la plupart de mes collègues me disent 'on croule sous les réservations pour ce 31.'"

Économiquement, cette soirée est cruciale pour le secteur. Si Matthieu Lebrun affirme que "ça va très bien" après deux années de coupures, il a senti un coup de frein en décembre: "les fêtes de Noël et les mauvaises nouvelles ont tiré sur le portefeuille des Français", estime-t-il.

Or, selon Christian Jouny, délégué général du syndicat national des discothèques, les boîtes de nuit réalisent 20 à 25% de leur chiffre d'affaires au mois de décembre. Au Balajo, 70 ans après l'ouverture de la discothèque, l'année 2022 sera record pour l'établissement

Tanguy Roman-Clavelloux et Maxime Martinez