RMC

Les grandes entreprises du CAC 40 sortent de la crise sanitaire avec des bénéfices records

Les résultats publiés ces derniers jours montrent que de nombreuses entreprises n'ont pas été tant impactées que cela par la crise sanitaire.

Quasiment tous les géants de l’économie française ont publié ces derniers jours leurs résultats pour les 6 premiers mois de l’année, 37 exactement sur les 40 qui composent l’indice CAC. Ils sont historiques puisque selon la compilation effectuée par le cabinet de conseil PwC, ils atteignent près de 57 milliards d’euros.

Alors bien sur, il y a un effet rebond après une année 2020 catastrophique pour cause de pandémie (136 millions de pertes au premier semestre), mais pas seulement puisque ces résultats sont supérieurs de plus de 30% à ceux des 6 premiers mois de 2019, avant la crise.

Comment expliquer ce rebond spectaculaire ?

Comme toujours, il y a des explications globales, et puis chaque groupe a sa propre histoire. Parmi les raisons globales : la crise sanitaire, qui a déclenché des opérations de réorganisation un peu partout, et les taux d’intérêt quasiment nuls, qui ont stimulé les résultats financiers.

La vigueur de la reprise, nourrie par les plans de relance mis en place dans tous les pays (presque 15.000 milliards de dollars, moins de 15% du PIB mondial), qui dope la consommation notamment en Asie, et profite aux groupes de luxe comme LVMH ou Kering, la flambée des matières premières, qui porte les résultats d’Arcelor Mittal ou Total.

Et puis cas particulier, Stellantis, produit mastodonte de la fusion de Peugeot Fiat et Chrysler. Les modèles cartonnent partout et les économies d’échelle sont au rendez vous et c'est donc la première entreprise en terme de résultats en France.

Et puis il y a le carton plein des banques et des assureurs…

Deux raisons à la bonne santé des banques: beaucoup de provisions avaient été faites pour faire face à des faillites éventuelles, grâce au plan de soutien des Etats ça n'a pas été le cas. La reprise des fusions acquisitions, l’envolée des bourses, et puis elles distribuent des crédits à tour de bras.

Pour les assureurs, il y a moins de dommages indemnisés comme dans le secteur automobile par exemple, Axa s’est fait tirer les oreilles pour indemniser ses restaurateurs, et puis porté par les résultats financiers.

Bonne nouvelle: c’est de l’argent qui permettra de financer les investissements futurs. Les actionnaires ne seront pas oubliés, c’est certain, attention à ne pas oublier les salariés…

>>> A LIRE AUSSI - Pass sanitaire: "Nous aiderons autant que nécessaire les professions impactées", promet Laurent Pietraszewski

Emmanuel Lechypre (avec J.A.)