RMC

Macron-Le Pen: quel impact économique en cas d'élection pour chaque candidat

Emmanuel Lechypre s’est penché ce lundi dans "Apolline Matin", sur RMC et RMC Story, sur les conséquences économiques des programmes d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, les deux candidats du deuxième tour de la présidentielle.

Quelles conséquences économiques pour la France en cas de victoire d'Emmanuel Macron ou Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle ? Pour les calculer, nous avons utilisé un modèle économétrique. C’est une batterie de plusieurs centaines d’équations qui reproduit le fonctionnement de l’économie française. Toutes les grandes institutions économiques comme l’OCDE ou l’Insee en fabriquent et en utilisent. De notre côté, nous avons choisi d’utiliser un modèle conçu par des universitaires français, il s’appelle MACSIM 2.

Nous l’avons choisi d’abord parce que c’est un modèle que tout le monde peut se procurer. C’est un modèle qui est notamment utilisé par les universités et c’est important parce que nous ne voulions pas être suspectés de bidouiller nos petits calculs dans notre coin.

Nous l’avons choisi aussi parce que la spécialité de ce modèle MACSIM2, c’est d’évaluer l’impact des mesures de politique économique.

D’abord, il faut noter que ces deux programmes ont des points communs -baisses des impôts de production, la suppression de la redevance etc- et ne déplacent pas des masses financières telles qu’ils aient des impacts très différents dans les premières années du quinquennat sur tous les sujets: pas plus de 0.1 à 0.2 point d’écart sur la plupart des grands équilibres.

A mi-mandat, Marine Le Pen fait légèrement mieux en terme de croissance (+0.1) car elle a une politique un peu plus stimulante du pouvoir d‘achat (baisse de TVA carburant, revalorisations apprentis, enseignants, soignants…). Léger avantage à Emmanuel Macron sur l’emploi (-0.1 de taux de chômage), l’inflation (-0.1), et sur le déficit commercial.

Différence sur les comptes publics

La seule différence, ce sont les comptes publics: dès la mi-mandat, plus d’un point de déficit en plus pour Marine Le Pen. Le prix de sa politique de la demande.

Les trajectoires s’écartent très nettement à moyen terme. Marine Le Pen perd son avance en terme de PIB, notamment parce que sa politique pèse sur la compétitivité du pays (protection du marché français, priorité aux PME et les ETI mais pas sur les grands groupes). Ça pèse sur la croissance et le commerce extérieur: 2 points de PIB de déficit extérieur en plus à la fin du mandat si c’est Marine Le Pen qui est élue. Sa politique est toujours plus inflationniste que celle d'Emmanuel Macron.

C’est surtout sur les comptes publics que l’écart se creuse: 20.000 fonctionnaires en plus pour Marine Le Pen. Et surtout la réforme des retraites: avec des politiques diamétralement opposées, Emmanuel Macron fait économiser près de 20 milliards d’euros, Marine Le Pen à l’inverse en coûte à peu près autant.

Sur le chômage, le résultat est étonnant car on aboutit au même niveau de chômage, mais il y a deux cas de figure différents.

Globalement, la politique d’Emmanuel Macron sera une politique de continuité. Beaucoup plus d’aléas autour de Marine Le Pen: sur la place dans l’Europe, sur la réaction des marchés financiers (taux plus élevés, investisseurs dans le pays méfiants), sur les risques de tensions sociales, sur sa capacité à tenir ses promesses sur les finances publiques (lutte contre fraude et gain des suppressions des prestations sociales aux immigrés)...

Emmanuel Lechypre