RMC

"On n'est pas foutu de réparer un tunnel": les usagers du train des Pignes n'en peuvent plus

Le train des Pignes relie Digne-les-Bains à Nice. Mais depuis quelque temps, le trajet est devenu une galère. En cause, l’effondrement du tunnel de Moriez, qui n'a toujours pas été reconstuit depuis trois ans.

Des habitants des Alpes-de-Haute-Provence obligés de prendre un bus puis un train à cause d'un tunnel effondré que personne ne veut réparer. Cela concerne les usagers du train des Pignes, qui relie Digne à Nice. Désormais, il leur faut monter dans un bus, en descendre, puis prendre le train, du temps et de l'énergie perdue. C'est le quotidien de Clara et Véronique, deux habituées de la ligne Digne-Nice depuis trois ans et demi, depuis que le tunnel de Moriez s'est effondré.

“Il faut faire quelque chose parce que trois ans, ça fait quand même pas mal de temps. On aurait eu le temps de le reconstruire. Nous, on en a besoin de ce train pour nous déplacer. Surtout ceux qui travaillent”, indique Clara. “Les villages qui sont de Annot jusqu’à Digne, ils n’ont aucun autre moyen de transport que le train. C’est vrai que les bus, il y a beaucoup de personnes qui n’aiment pas parce qu’en montagne, ce n’est pas facile, ça fait un peu mal au cœur. Il faut que la région fasse les travaux et qu’ils pensent d’abord aux usagers”, appuie Véronique.

La région a récemment envisagé de supprimer certaines liaisons et la ligne Digne-Nice semble menacée. Thomas Hernandez est cheminot, délégué syndical de la CGT.

“On est dans le flou total. Ça fait des mois que ça dure. Alors on nous avait communiqué des dates comme quoi c’était prévu pour fin 2021, après c’était l’été 2022. Et là au jour d’aujourd’hui, on n’a plus aucune date de prévue . Aujourd’hui, on vous construit des hôtels sous la mer en six mois et on n'est pas foutu de réparer un tunnel. L’écologie, tout le monde en parle, on est en plein dedans actuellement. C’est même dans le programme d’Emmanuel Macron de rouvrir toutes les petites lignes, mais nous, notre région décide de faire complètement l’inverse, de remettre les usagers sur la route en leur enlevant le train. Donc on ne comprend pas forcément ce qui se passe du côté de la région”, indique-t-il.

6 millions d'euros bientôt alloués pour reconstruire le tunnel

La région, justement, justifie les retards notamment par la complexité du chantier et par les besoins de l’enquête. Jean-Paul David, président de la régie régionale des transports de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, s'est engagé à notre micro à faire voter la semaine prochaine en Conseil régional un budget de 6 millions d’euros pour les travaux.

“C’est un chantier qui est complexe, d’où l’importance de refaire des travaux complémentaires très lourds et très importants. C’est pour ça, il y a bien la volonté politique de la région de rouvrir le tunnel puisqu’on est prêt à rajouter près de 6 millions d’euros pour la réouverture de ce tunnel. Aujourd’hui, la position de la région est claire, on veut maintenir cette ligne en ferroviaire. Donc c’est un engagement de la majorité régionale. Mais on est aussi lié à ces contraintes et donc en attendant, on fait du train et du bus. C’est la solution pour maintenir le service public”, détaille-t-il.

La région s'engage aussi à lancer un appel d'offres aux entreprises dès le mois prochain avec notamment l’achat de 8 nouveaux trains hybrides.

Marie Dupin et Joanna Chabas avec Guillaume Descours