RMC

564 euros par mois dès 18 ans: faut-il mettre en place un revenu de base "minimum jeunesse"?

-

- - -

Le groupe socialiste à l'Assemblée nationale veut créer un "minimum jeunesse" en mélangeant le RSA et la prime d'activité. Les Socialistes voudraient en faire un "revenu de base" de 564 euros accessibles dès 18 ans.

Joan est étudiante en master d'histoire. Pour financer ces études, la jeune femme de 23 ans fait des vacations à la bibliothèque de sa fac: "Avec les confinements, et ensuite les différents couvre-feu mon activité s'est complètement réduite. Il y a plusieurs mois où je n'ai pas pu travailler et où j'ai perdu 85% de mon salaire".

Un salaire pourtant indispensable pour concilier étude et travail. Alors, Joan soutient la proposition d'étendre le RSA aux jeunes de 18 ans, une proposition de loi du groupe socialiste qui doit être examinée ce jeudi à l'Assemblée nationale et qui entend créer, en réformant le RSA et la prime d'activité, "un revenu de base" de 564 euros par mois accessible à tous les majeurs.

Car la limite d'âge à 25 ans ne se justifie plus aujourd'hui estime Joan: "Je trouve que c'est assez arbitraire, pourquoi 25 ans? il y a des gens qui se mettent à travailler avant, d'autres après. Au vue de la situation actuelle pourquoi on les priverait d'un complément qui pourrait changer leur vie".

>> A LIRE AUSSI - Georges Tron condamné en appel à trois ans de prison ferme pour viol et écroué

Mais pour Sophiane et Mathis, en prépa, le RSA pour les jeunes pourraient aussi être contreproductif:

"Ils vont avoir cet argent et se reposer dessus et ils vont se dire ça sert à rien de travailler si on peut toucher de l'argent sans se bouger", craint Sophiane. "Après ça peut aussi être une question d'égo parce que si on peut soi-même gagner son propre argent, ça peut aussi nous rapporter plus de satisfaction que si on est fourni par l'Etat", croit savoir Mathis. 

Aujourd'hui, le revenu de solidarité active est exclusivement ouvert aux personnes d'au moins 25 ans, à l'exception des jeunes de 18 à 24 ans qui sont des parents isolés ou qui justifient d'une certaine durée d'activité professionnelle. Et selon un sondage pour Les Echos, deux Français sur trois sont pour son ouverture dès 18 ans.

>> A LIRE AUSSI - "Un fou ne peut pas prévenir": la colère d'une mère après le non-lieu requis contre son ex-conjoint qui a tué ses deux enfants

Alexandra Sirgant (avec Guillaume Dussourt)