RMC

Avertissement de Hollande à Macron: "Il veut surtout réhabiliter sa propre action"

-

- - -

Dimanche dans le JDD, l'économiste Patrick Artus soulignait l'impact des mesures Hollande dans le redressement économique de la France. Une réalité que s'est permis de rappeler l'ancien chef de l'État lui-même, mardi. De quoi le réhabiliter, lui et son quinquennat, aux yeux des Français? Il est encore trop tôt pour le dire, répond sur RMC.fr Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po. Il est également enseignant à Sciences Po.

"François Hollande sort du bois dans un moment stratégiquement choisi: quelques jours avant la publication des ordonnances (pour la réforme du code du travail) et au moment où les syndicats recommencent à dialoguer avec le gouvernement. Je ne pense pas que cela traduise un signe d'un retour de François Hollande sur le devant de la scène, un peu à la Sarkozy en 2012. Là, on a un François Hollande qui est sur une stratégie de gardien du temple, lui qui croit fermement que le pacte social français est tout ce qui fait tenir la société française.

"Un moment stratégique"

Bien sûr, c'est moins un avertissement à Emmanuel Macron qu'une volonté de réhabiliter sa propre action. Ça intervient deux jours après la publication d'une analyse de Patrick Artus - reconnu comme un expert indépendant et comme une pointure de l'analyse économique -, qui affirme qu'une partie des bonnes nouvelles économiques qui arrivent sont dûes à François Hollande. Hollande voulait se représenter en 2017, il n'a pas pu le faire et regarde avec sans doute un peu de nostalgie mais beaucoup de fierté ces bonnes nouvelles qui arrivent et qui ne peuvent pas être attribuées à Emmanuel Macron. Par cette sortie, il empêche aussi une captation d'héritage par La République en Marche.

Et puis ça lui tient à cœur. Il a passé des années lors de son mandat à être décrié à l'intérieur de sa famille politique et à expliquer qu'il n'avait pas d'autres choix pour l'état de la société et de l'économie française que de prendre ces mesures économiques (via la loi El-Khomri) décriées. D'une certaine manière, les faits sont en train de lui donner raison.

"Les faits sont en train de lui donner raison"

Il est trop tôt pour savoir si ça peut changer sa perception par les Français? Parce que les Français sont dans un moment où ils sont à la fois un peu déçus de Macron mais toujours en attente vis-à-vis de lui. Si cette déception se transformait en quelque chose de plus structurel – si les gens ne voient pas leur situation changer, si le pays conserve toujours les mêmes problèmes -, alors Hollande pourrait – comme Chirac et un peu comme Sarkozy quand il est revenu en 2014 – voir les critiques contre son mandat plutôt 'euphémisées'."

Propos recueillis par Philippe Gril