RMC

Brunet & Neumann - Les retraités sont-ils des privilégiés ou des sacrifiés?

La CSG a augmenté depuis le 1er janvier 2018, provoquant pour la plupart des retraités une baisse nette des pensions. Ils sont appelés à manifester aujourd'hui pour défendre leur pouvoir d'achat et contester la hausse du CSG. Ont-ils raison de se plaindre?

Le gouvernement reste inflexible face aux revendications des retraités qui manifestent pour la seconde fois jeudi en France pour dénoncer l'érosion de leur pouvoir d'achat lié à la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG).

Les retraités, qui avaient déjà défilé en septembre dernier, répondent à l'appel de neuf syndicats et organisations pour protester contre l'augmentation de 1,7 point de CSG appliquée depuis le 1er janvier dernier pour financer la baisse des cotisations des salariés du privé.

Les "seniors", qui ont massivement voté pour Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle (74%), ont découvert pour beaucoup avec désenchantement les répercussions de cette mesure sur les premières pensions de 2018 versées début février.

Le gouvernement avait annoncé que seuls les retraités percevant plus de 1.200 euros bruts mensuels seraient concernés mais l'équation est plus complexe, puisque le revenu fiscal de référence et le quotient familial du foyer sont pris en compte.