RMC

Contrôle des chômeurs: "Ce n'est pas pour les radier, mais pour les aider"

-

- - Philippe Huguen - AFP

Alors que le chômage est reparti à la hausse en août, 200 conseillers Pôle Emploi contrôleront à partir de ce lundi 28 septembre les demandeurs d'emploi sur tout le territoire. Un contrôle des chômeurs déjà expérimenté depuis 2013 dans quatre régions. Verdict ? Pas plus de radiations qu'avant.

Alors que le chômage est reparti à la hausse en août (+ 20.000 inscrits à Pôle Emploi), dès lundi, le dispositif de "contrôle" des chômeurs va être généralisé dès ce lundi 28 septembre. Début octobre, 200 conseillers de Pôle Emploi contrôleront les demandeurs d'emploi, sur tout le territoire. Le dispositif est expérimenté depuis 2013 par Pôle Emploi dans quatre régions : Haute-Normandie, Provence-Alpes-Côte-D'azur, Franche-Comté et Poitou-Charentes. Dans ces régions, ce sont près de 5.500 demandeurs d'emploi qui ont été contrôlés en deux ans. Des dossiers tirés au sort dans la base de données.

"C'est pour voir ce qui ne fonctionne pas dans leur recherche d'emploi"

Dominique Cordier est chargée des contrôles à La Rochelle (Charente-Maritime), et elle l'assure, l'enquête est très poussée. "On vérifie que les gens sont bien inscrits dans telle ou telle agence d'intérim. On s'est même permis d'appeler parfois des agences d'intérim pour savoir si les personnes y étaient bien". Mais Dominique Cordier prévient, pas question pour autant de jouer les pères fouettards. "On leur explique que si on les appelle, ce n'est pas pour les radier, au contraire, c'est pour voir ce qui ne fonctionne pas dans leur recherche d'emploi".

"On n'est pas là pour chasser les chômeurs, loin de là", insiste Anne Gary, directrice territoriale de Pôle Emploi en Poitou-Charentes. Au contrôle, elle préfère les termes d'accompagnement et d'aide aux demandeurs d'emplois. "On va offrir un service en plus, parce que certains avaient vraiment un peu baissé les bras, et on peut ressentir ceux qui ont besoin d'une aide plus approfondie. C'est ça la valeur ajoutée du dispositif".

"Il faut un contrôle des offres d'emploi et non des chômeurs"

D'ailleurs, le taux de radiation (16% de chômeurs radiés de Pôle Emploi en deux ans) est le même qu'avant le renforcement des contrôles. "Donc ce dispositif ne sert à rien", tranche Jean-Paul Baratin, du Mouvement national des chômeurs et précaire. "Ce dispositif va seulement servir à stigmatiser un peu plus les chômeurs. Certaines personnes n'ont pas vu de conseiller Pôle Emploi depuis 2 ans. Commençons par ça. Il faut un contrôle des offres d'emploi et non pas un contrôle des chômeurs".

"Parce qu'un gouvernement est dans l'incapacité de faire reculer le chômage il décide trop souvent de traquer les chômeurs plutôt que de combattre véritablement le chômage", dénonce de son côté Rubens Bardaji, délégué syndical à la CGT Pôle Emploi.

Philippe Gril avec Pierre Rigo