RMC

Jours fériés: comment les entreprises s'organisent pour limiter les pertes

Cette semaine est marquée par deux jours feriés à deux jours d'intervalle. Un casse-tête pour certaines entreprises, notamment pour les livraisons.

Les jours fériés sont généralement un véritable casse-tête pour les chefs d’entreprises. Que dire lorsqu'ils doivent gérer deux jours fériés, comme ce sera le cas cette semaine avec le 8 et le 10 mai ? Les patrons ont dû s’organiser avec leurs salariés pour ne pas trop perdre d’argent dans l’opération. C'est le cas dans cette entreprise de transport située à Lanne près de Tarbes.

Depuis plusieurs jours, le transporteur Barcos est obligé de contacter tous ses clients pour savoir s’il pourra effectuer ses livraisons. Pour Sylvain Laur, chef d’exploitation et toutes ses équipes, tout cela ressemble à un véritable casse-tête:

"Au niveau de l’agro-alimentaire, beaucoup d’entreprises seront ouvertes, donc à ce niveau-là il n’y aura pas de problèmes. Par contre, tout ce qui est industriel, c’est plus problématique, c’est pour cela qu’on fait un gros travail en amont pour bien s’assurer que les clients soient ouverts, sonder tout le monde, pour ne pas avoir de mauvaises surprises cette semaine…"

"Chaque jour férié, pour une entreprise comme la mienne c’est entre 85 et 90000 euros de pertes"

Alors pas question de mobiliser un chauffeur pour rien, car tout cela a un coût, surtout un jour férié insiste le PDG Jean-Claude Barcos :

"Chaque jour férié, pour une entreprise comme la mienne c’est entre 85 et 90000 euros de pertes. Tous nos conducteurs vont être forcément bloqués à l’extérieur. Ce qui va générer des frais supplémentaires, sans recettes. Aujourd’hui, un pays qui perd des jours de travail, c’est de la croissance en moins qui sera à la fin de l’année, ce n’est pas possible que cela soit autrement…"

Pour cette entreprise familiale, qui emploie près de 150 salariés, cette semaine, 90% des chauffeurs seront... sur le pont.

Jean-Wilfrid Forquès (avec J.A)