RMC

"Le vrai grand remplacement, c'est celui des jeunes par les vieux": le coup de gueule de François de Closets sur RMC

Invité de RMC, l'essayiste a critiqué la loi "grand âge et autonomie" mainte fois repoussée par le gouvernement. Et tacle les "boomers".

"C'est aux vieux de se prendre en main!": François de Closets était en verve ce jeudi matin sur RMC. Le journaliste et essayiste était l'invité d'Apolline de Malherbe afin de réagir sur un nouveau projet de loi sur lequel le gouvernement dit plancher afin de "permettre au plus grand nombre de Français de pouvoir vieillir chez eux".

Le gouvernement va s’appuyer sur un rapport remis mercredi par un spécialiste des séniors. Luc Broussy, spécialiste des séniors et président de l’association France Silver Eco, propose concrètement une série de 80 mesures pour développer la prise en charge à domicile, en réduisant la part de personnes âgées en Ehpad.

Parmi ces propositions: des aides pour adapter son logement avant de perdre son autonomie, la création d’un guichet unique pour accéder à ces aides, dans le but de transformer 150.000 logements par an… La réflexion porte même sur les espèces d'arbres plantées dans les centre-villes pour que nos aînés ne glissent pas sur les feuilles mortes à l'automne. 

>> A LIRE AUSSI - "Toutes les vies n’ont pas le même prix": François de Closets plaide pour l’auto-isolement des personnes âgées

"Submergés par les vieux!"

Il plaide également pour une évolution de l’urbanisme et des transports en commun, avec des trottoirs mieux conçus, davantage de toilettes ou de bancs publics afin que "la vie à domicile ne se transforme pas en assignation à résidence". 

A 87 ans, François de Closets pourrait bénéficier de ces mesures. Mais il est révolté:

"Il faut cesser de raconter que tous les retraités de 60 à 90 ans sont pareils. Les seniors entre 60 et 80 ans sont en pleine forme pour l’essentiel. Ce sont ceux de plus de 80 ans à 100 ans qui nécessitent un effort de solidarité particulier. C'est la grande vague des naissances qui a eu lieu au lendemain de la guerre et qui a eu 60 ans dans les années 2010: alors, on dit qu'on allait être submergés par les vieux. Or, à 60 ans, on donne un peu d'argent et on se débrouille! Mais arrivés à 80 ans, là, ça va devenir un vrai problème" analyse-t-il. 

Selon lui, "Le vrai grand remplacement qui se produit est celui des jeunes par les vieux. Le vieillissement est le vrai grand rendez-vous [de notre époque], il va nécessiter de vrais changements dans l’organisation. Pourtant, les seniors ont le niveau de vie le plus élevé: il n’y a pas un pays où les seniors sont aussi bien traités qu’en France", donnant l'exemple du "patrimoine immobilier trois fois plus important que les jeunes".

"On ne peut pas demander aux jeunes de venir en aide à une génération qui s’est si mal conduite"

Autant d'écart de richesses et de traitements qui l'inquiète: "Attention à ne pas déclencher une véritable guerre des générations. (...) Cette génération des boomers a reçu en 70 [un] pays (…) prospère et en a fait un pays en plein déclin et qui a accumulé des dettes. Il faut rééquilibrer et on ne peut pas demander plus aux jeunes pour venir en aide à une génération qui s’est si mal conduite".

Et d'insister: "Le départ en retraite, c’est le plus bel âge de la vie, alors on peut peut-être leur demander des efforts pour ceux qui sont beaucoup plus âgés. C’est à eux de s’engager financièrement pour aider les plus âgés".

Selon le journal Le Monde, cette loi sur le grand âge pourrait être présentée en Conseil des ministres cet été, puis examinée à l’assemblée à l’automne. Elle coûterait trois milliards d’euros d’ici 2030. D'ici à 2030, il y a aura deux millions de français âgé entre 75 et 84 ans, +49 % pas rapport à aujourd'hui.

Xavier Allain