RMC

Les pompiers obtiennent des avancées et arrêtent leur grève après une journée de tensions

Après une journée marquée par des tensions avec les forces de l'ordre, les syndicats de pompiers professionnels ont annoncé mardi la fin de leur mobilisation lancée à l'été après avoir obtenu des engagements du gouvernement en matière salariale et de retraites.

Après six mois de grève, les pompiers annoncent la fin de leur mobilisation. Le gouvernement s'est engagé mardi à répondre à une partie de leurs revendications: leur prime de feu sera revalorisée cet été à 25% de leur salaire de base contre 19% actuellement.

Autre concession: les mécanismes pour partir en retraite anticipée à 57 ans seront maintenus en échange de cotisations supplémentaires. Résultat: l'intersyndicale a pris acte des engagements du ministère et a décidé d'appeler à l'arrêt de la grève.

Mais ces avancées ont été obtenues après une journée de mobilisation, marqués par des heurts avec les forces de l'ordre à Paris. Un face à face entre deux uniformes.

"On leur en veut sans leur en vouloir"

Mais en marge du cortège quelques incidents ont éclaté. Certains pompiers ont essayé de forcer des barrières anti-émeutes, d’autres d'aller bloquer le périphérique. Et certains ont reçu des coups de matraque. Ce que regrette Hervé, sapeur pompier venu de l’Aisne.

"On se fait taper dessus par des gens avec qui on travaille. Eux, ils ont certainement pas envie de nous taper dessus, c'est dommage qu'on oppose les services publics. On leur en veut sans leur en vouloir."

Au même moment, les syndicats de pompiers sont reçus place Beauvau. La prime de feu sera revalorisée à 25% de leur salaire de base. Un peu moins que les 28% espérés, le gouvernement laisse miroiter des augmentations futures. Mais c’est déjà ça pour Grégory, pompier dans les Yvelines.

"Ca fait à peu près 130 euros bruts par mois en plus. C'est une bonne chose, mais bon on est toujours en train de grappiller. 28% c'est 28%, comme la police qui est exposée aux mêmes risques que nous. Et je pense même qu'on a plus de risques qu'eux."

Préservation du mécanisme actuel pour les retraites

Il est aussi question de créer un observatoire pour lutter contre les agressions de pompiers, et de réduire la pression sur la profession, décrite comme sur-sollicitéé et à bout de souffle selon les syndicats qui attendent des précisions. Les agressions contre les pompiers ne cessent d’augmenter: + 280% en dix ans. 

Enfin, sur les retraites, le gouvernement s'est engagé à préserver le mécanisme actuel. Plus de cotisations que la normale, pour permettre un départ à partir de 57 ans. Mais certains représentants syndicaux craignent une baisse des pensions.

Nicolas Feldmann, Laura Taouchanov et Nicolas Traino