RMC

"On ne sait pas où on va": l'inquiétude des employés de Toupargel avant la liquidation judiciaire

Le tribunal de commerce de Lyon a mis en délibéré à vendredi sa décision sur la liquidation judiciaire de l'entreprise Place du Marché, ex-Toupargel. Elle laisserait sur le carreau les 1.900 salariés en France de la société.

Le tribunal de commerce de Lyon a mis en délibéré à vendredi sa décision concernant l'avenir de la société de livraison à domicile de produits alimentaires Place du Marché (ex-Toupargel), qui compte 1.600 salariés. Mais selon les syndicats, "il n'y a aucun espoir de reprise".

"Le tribunal a mis en délibéré le prononcé de la liquidation judiciaire dans 48 heures", a expliqué le président de Place du Marché, Brieuc Fruchon, à la presse, à l'issue de l'audience mercredi. "Le juge a dit qu'il avait besoin de prendre ce délai de 48 heures vu l'importance du dossier et le nombre de salariés du groupe" mais "il n'y a aucun espoir de reprise", a déclaré la secrétaire du Comité social et économique (CSE), Wafaa Kohily (CGT).

Après dix ans dans l’entreprise, Nathalie va perdre son travail. Les dernières semaines ont été compliquées. Surtout quand elle a dû annoncer aux clients que l’entreprise fermait.

“Ce n’est pas facile pour nous de leur annoncer qu’on les plante. Moi, j’ai des clients qui ont pleuré au téléphone. C’est dur, ce n’était pas à nous de leur annoncer, surtout à deux jours de la fermeture”, explique-t-elle.

Une action de salariés devant le tribunal de Lyon

Une liquidation difficile à encaisser, aussi, pour Jessica. Relais des ressources humaines du côté de Chalon-sur-Saône, cette salariée s’inquiète pour son avenir. “En ce moment, c’est assez compliqué. On ne sait pas trop où on va. On ne sait pas quand les salaires vont être virés, on ne sait pas si le solde de tout compte va être juste donc il va encore falloir se bagarrer parce que plus personne ne va nous répondre”, indique-t-elle.

Au total, 1.900 personnes seront licenciées dans des bassins économiques parfois compliqués.

“Il y a des gens qui sont dans des régions déjà bien touchées et puis l’autre problème, c’est qu’on n'est pas dans un bassin d’emplois extensible non plus”, assure Michel Nadin, représentant syndical CFDT.

Une centaine de salariés, certains habillés de blousons orange siglés Place du Marché, ont manifesté devant le tribunal pendant l'audience et exprimé leur colère à l'issue.

"Le juge a été assez attentif aux différentes demandes par rapport à la protection des salariés. On demande clairement d'être respectés dans notre dignité et notre travail. On demande une supra-légale de 100.000 euros par salarié", a déclaré la secrétaire du CSE.

"Concrètement, notre priorité est de travailler sur la préparation de cette liquidation judiciaire et d'accompagner au mieux, avec les services de l'État, les salariés pour qu'ils rebondissent le plus rapidement possible", a souligné Brieuc Fruchon.

Vincent Chevalier et Guillaume Descours avec AFP