RMC

"On nous en demande de plus en plus avec de moins en moins d'effectif": vers une grève des pompiers pendant tout l'été

-

- - -

Réclamant plus de moyens et une revalorisation de leur prime de risque, sept syndicats de pompiers ont déposé un préavis de grève du 26 juin au 31 août. S'ils comptent bien assurer l'ensemble de leurs missions, ils pourraient porter des brassards lors de leurs interventions en signe de protestation.

Sept syndicats de pompiers ont déposé un préavis de grève pour toute la France du 26 juin au 31 août. Ils réclament plus de moyens face à l'augmentation de leurs interventions. Prise en charge de personnes ivres sur la voie public, transport de malade à l'hôpital, médecine de nuit, autant de mission que les pompiers doivent maintenant assurer alors qu'elles ne leurs incombent pas.

Des violences liées aux temps d'attente en augmentation ?

"Le service public de secours français est aujourd'hui malade. Il y a des manquements importants de la part des services de l'Etat par faute de moyen", explique à RMC André Goretti président de la fédération autonome des sapeurs-pompiers. Il estime également que les violences vis-à-vis des pompiers, en forte augmentation, résultent souvent du temps d'attente souvent trop long, et de la mauvaise organisation des services de secours.

"Les SAMU engagent les sapeurs-pompiers sur des personnes malades, des transports de complaisance. Ce sont des missions qui devraient être assurées par les services de l'Etat et qui ne le sont plus par manque de moyens. On nous en demande de plus en plus avec de moins en moins d'effectif", poursuite André Goretti.

Revalorisation de la prime de risque

"Il y a un ras-le-bol et on se sent méprisés par des discours odieux vis-à-vis de nous et l'absence de réponse. Ce n'est plus du tout acceptable", conclut-il.

Les Sapeurs-pompiers demandent aussi une revalorisation de leur prime de risque, inchangée depuis 1990. S'ils prévoient d'assurer leurs missions habituelles pendant les jours de grève, ils devraient porter des brassards pour exprimer leur mécontentement.

Benjamin Pelsy (avec Guillaume Dussourt)