RMC

Trump de plus en plus isolé: des démissions en série après l’invasion du Capitole

Parmi eux, son conseiller adjoint à la sécurité nationale  et la porte-parole de la Première Dame. La démission la plus importante est celle de la ministre des Transports.

Donald Trump se dit "scandalisé par la violence" au Capitole et appelle l'Amérique à "la réconciliation". Le président des Etats-Unsi de plus en plus isolé après l'invasion du Capitole par ses partisans mercredi. Plusieurs membres de son administration ont démissionné ces dernières heures.

Et ce sont des démissions de proches de Donald Trump. Jeudi, sa ministre des transports a donné sa démission. Elle s’est justifiée dans un communiqué sur les réseaux sociaux. 

“Notre pays a vécu un événement traumatique et totalement évitable quand les supporters du président ont envahi le Capitole. J’ai été profondément choquée au point de ne pouvoir mettre cela de côté”, explique-t-elle.

Juste avant elle, c’est son ancien chef de cabinet et maintenant émissaire des Etat-Unis en Irlande du Nord, Mike Mulvèni qui a claqué la porte. “Je ne peux pas rester. Pas après ce qui s’est passé. Vous ne pouvez pas regarder la télévision et vouloir faire partie de cela. Ma démission n’a de conséquence ni sur l’administration, ni sur la passation de pouvoir, mais c’est tout ce que j’ai”, indique-t-il. 

"Ne comptez plus sur moi"

Du côté des sénateurs, six des derniers défenseurs du président. Ceux qui l’incitaient à contester la victoire de Joe Biden ont finalement renoncé. Dépité Lindsey Graham, l’un des plus proches de Donald Trump a annoncé sa rupture avec son ami. 

"Trump et moi, avons eu un sacré parcours. J'enrage que tout cela se termine ainsi. Mon Dieu, j'enrage. De mon point de vue, il a été un bon président. Mais aujourd'hui, tout ce que j'ai à dire, c'est, ne comptez plus sur moi. La coupe est pleine”, assure-t-il.

Alors que l’investiture de Joe Biden est dans 12 jours. Des parlementaires veulent une nouvelle fois destituer Donald Trump. Une procédure symbolique faute de temps.

Benjamin Pelsy avec Guillaume Descours