RMC

Engouement pour le football chez les jeunes filles: "On est sur la bonne voie"

Laure Lepailleur, ancienne internationale et membre de la Dream Team RMC Sport, a évoqué dans Bourdin direct les enjeux de cette Coupe du monde pour le grand public.

La fête du football démarre ce vendredi en France ! La Coupe du monde féminine s'ouvre avec l'équipe de France qui affronte la Corée du sud. Les Bleues de Corinne Diacre ont un seul rêve en tête: faire aussi bien que les garçons, sacrés en 1998 à la maison.

La FIFA espère faire du tournoi "la plus belle Coupe du monde féminine de l'histoire", comme l'a expliqué son président Gianni Infantino, alors que l'engouement des médias ne cesse de monter en puissance. Tout comme celui du public.

De vendredi au 7 juillet, la compétition aura lieu dans neuf villes hôtes: Grenoble, Le Havre, Lyon, Montpellier, Nice, Paris, Reims, Rennes et Valenciennes, et Laure Lepailleur ancienne internationale et membre de la Dream Team RMC Sport, estime que ce sera une magnifique vitrine pour ce sport.

"L’erreur c’est de vouloir comparer les hommes et les femmes : la pratique féminine est récente"

Invitée de Bourdin direct ce vendredi matin, elle espère que le développement du football chez les femmes va encore s'accélérer grâce à cette compétition. 

"Le football féminin suit son développement de façon progressive, le déclic a été en 2011 avec l’équipe de France qui a atteint les demi-finales."

Elle estime que l'on est "sur la bonne voie" malgré le fait que le développement de ce sport en version féminine reste encore loin de leurs homologues masculins.

"C’est plutôt sur la bonne voie. On a de plus en plus de petites filles qui s’inscrivent maintenant j’espère qu’on aura un héritage derrière cette Coupe du monde. L’erreur c’est de vouloir comparer les hommes et les femmes : la pratique féminine est récente, il y a un retard d’entraînement"
James Abbott