RMC

Faut-il supprimer les pièces de 1 et 2 centimes? "Les commerçants vont arrondir et le consommateur va y perdre"

La commission européenne préconise de tendre vers la fin de l'utilisation des petites pièces de 1 et 2 centimes en vue de réduire la bureaucratie.

Va-t-on vers la fin des pièces de 1 centime et de 2 centimes? En tout cas, cela fait partie des objectifs de la nouvelle présidente de la commission européenne. Ursula von der Leyen a présenté mercredi devant les députés européens une série de résolutions notamment pour réduire la bureaucratie.

Pour y parvenir, elle propose des règles d’arrondi sur les prix, de manière à éliminer ces petites pièces. Actuellement, 36 milliards de pièces de 1 centime sont en circulation.

"Ca va nous alléger la caisse"

Ces petites pièces posent de plus en plus de problèmes à Germain, un septuagénaire.

"Je ne vois pas très bien la différence, pour distinguer ces petites pièces, entre le 1, le 2 et le 5, j’ai du mal. C’est inutile, je pense qu’on peut les supprimer"

Et ce n’est pas Bernard Maurice, buraliste dans le centre de Toulouse dira le contraire :

"C’est un soulagement parce que ça va nous alléger la caisse déjà, nous étions remplis de petites monnaies le soir pour compter et cela permettra en plus un flux rapide de clients."

"Comme on a tendance à arrondir au chiffre supérieur, ce sera le consommateur qui va perdre"

Car la commission de Bruxelles préconise d’arrondir les sommes. Produit en main, Jean-Marc Martinez, président de la Fédération des commerçants de Toulouse préfère prévenir, produit en main :

"Cet article qui vaut 14 euros 34, j’arrondis à 14 euros 30, là je perds 4 centimes, ou bien j’arrondis à 14 euros 40 et là, c’est le consommateur qui sera perdant. Comme on a tendance à arrondir au chiffre supérieur, ce sera le consommateur qui va perdre."

Selon un rapport, la production des pièces de 1 et 2 centimes a coûté près d’un milliards et demi à la zone Euro depuis 2002. En Belgique, depuis le 1er décembre dernier, les arrondis sont obligatoires sur l’addition finale pour tous les paiements en espèces.

Jean-Wilfrid Forquès (avec J.A.)