RMC

Fin de la grève à Whirlpool: "on a signé notre arrêt de mort"

Les salariés de Whirlpool à Amiens, en grève depuis le 24 avril, ont voté vendredi la reprise de l'activité après un accord avec la direction sur le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).  Un accord qui "libère" les salariés, estime Patrice Sinoquet, représentant CFDT des Whirlpool Amiens.

Les salariés de Whirlpool Amiens reprendront le travail ce mardi. Un accord avec la direction sur le plan de la sauvegarde de l'emploi (PSE) a été trouvé ce vendredi. "Un accord équilibré", selon les syndicats. L'usine de sèche-linge doit fermer en juin 2018.

Patrice Sinoquet, représentant CFDT à Whirlpool Amiens a livré sa réaction à RMC:

"Nous sommes libérés, fatigués. Mais nous sommes libérés à moitié dans le sens où nous n'aurons plus de travail au mois de juin 2018. On a signé le PSE. Les gens sont libérés. Il y a du relâchement.

Je pense que ce PSE n'est pas à la hauteur du groupe Whirlpool mondial mais bon on se démerdera pour s'en sortir avec ça. Je ne peux pas dire que c'est la fête mais on se relâche un petit peu de toute la tension qu'il y a depuis quelques jours. Le PSE s'est fait très rapidement après 3 jours intenses.

"Ca ne sera plus jamais normal"

Le piquet de grève n'est pas encore levé. Il sera levé mardi matin quand on reprendra le boulot. Mais ça ne sera plus jamais normal. Il faut savoir qu'on a signé notre arrêt de mort puisque dans 12 mois on n'aura plus de boulot.

Il n'y avait pas vraiment de solution. Il fallait arriver à une négociation finale et il y a des lois qui font que nous n'avons plus trop le choix. Parce que si on arrête de négocier, on passe en unilatéral et là ce n'est plus pareil.

Il fallait trouver un terrain d'entente assez rapidement. Je pense qu'on a tiré notre épingle du jeu. Ça aurait pu être mieux, mais ça aurait pu être pire. On est arrivés à trouver l'équilibre qu'il fallait pour ne pas décevoir les gens. Ça veut dire qu'ils ne partiront pas forcément le cul nu dans 12 mois".

P.B. avec Pierre Gallaccio