RMC

Fusillade à Strasbourg: ce qui peut changer dans votre vie quotidienne avec le plan vigipirate "urgence attentat"

Le ministre de l’Intérieur l’a annoncé dans la nuit après la fusillade en plein marché de Noël. La France a été placée sous le grade le plus élévé du plan Vigipirate: "Urgence attentat".

 à Plusieurs centaines de membres forces de sécurité étaient mobilisées dans la nuit de mardi à mercredi pour tenter de retrouver l'auteur en fuite de la fusillade qui a fait au moins 3 morts mardi soir sur le Marché de Noël de Strasbourg, alors que le gouvernement décidait de placer la France en "urgence attentat".

C’est le niveau le plus élevé sur une échelle qui comporte 3 niveaux: vigilance, sécurité renforcée et urgence attentat. Ces niveaux ont été révisés depuis les attentats de 2015. Le dernier niveau, "urgence attentat", est valable sur l’ensemble du territoire ou peut être circonscrit à la zone en crise.

Il permet notamment de renforcer le contrôle des frontières, de couper les accès à certains axes, de déployer un dispositif de forces de l’ordre exceptionnelle sur les zones sensibles, comme dans les gares, les aéroports, les lieux de rassemblement comme les marchés de Noël ou les salles de spectacles. A l’entrée de ces lieux, contrôle et fouille systématiques peuvent être décidés.

Il faut noter que le niveau "urgence attentat" n’est pas un dispositif pérenne. Il est mis en place le temps de résoudre la crise, le temps de retrouver l’auteur des faits. Et le dispositif est levé par la suite.

Les manifestations des "gilets jaunes" et des lycéens interdites à Strasbourg

Le traditionnel marché de Noël de Strasbourg avait fait l'objet d'un projet d'attentat en décembre 2000. Il est protégé en permanence par un important dispositif de surveillance. Environ 260 policiers nationaux sont notamment mobilisés. 

"Les écoles, les collèges et les lycées de Strasbourg seront ouverts mercredi" a précise le ministre de l'Intérieur. 

Cette attaque de Strasbourg intervient en pleine crise des "gilets jaunes". Mardi soir, sur une page Facebook annonçant un "Acte V" des manifestations samedi, certains évoquaient une "manipulation" de l'Etat ou "un soi-disant attentat". Certains dénoncent par ailleurs une interdiction de manifester.

Dans les faits, les manifestations et les regroupements sont désormais interdits. Un arrêté préfectoral a été signé dans la nuit à Strasbourg. Il interdit tout rassemblement statique et toute manifestation, cortège et rassemblement jusqu’à nouvel ordre sur l’ensemble du territoire de la commune.

Pour le reste du territoire français, les mêmes décisions peuvent être prises selon le degré de la menace.

Matthieu Rouault avec Xavier Allain