RMC

Harcèlement à l’école : le combat d’une mère après le suicide de sa fille

Depuis le suicide de sa fille Marion, 13 ans, à cause du harcèlement quotidien dont elle était victime, Nora Fraisse demande la création d’une loi contre le délit de harcèlement scolaire et un plan national de prévention. Elle a témoigné ce vendredi chez Jean-Jacques Bourdin.

Depuis que sa fille Marion s'est suicidée à l'âge de 13 ans, Nora Fraisse se bat contre le harcèlement scolaire. Le 13 février 2013, Marion, humiliée, menacée et insultée quotidiennement au collège mais aussi sur Facebook, se suicide dans sa chambre. Depuis, Nora Fraisse a écrit un livre (Marion, 13 ans pour toujours, édition Calmann-Lévy) et créé une association, "Marion Fraisse-La main tendue", pour aider les parents d'enfants victimes de harcèlement et pour lutter contre "ce fléau". Nora a porté plainte - l'affaire est en instruction au tribunal de Paris -, pour que les coupables soient condamnés, que les enfants harcelés osent parler et que Marion ne soit pas morte pour rien.

"Elle était la mongole, l'autiste"

Invitée ce vendredi de Jean-Jacques Bourdin, Nora Fraisse a raconté le calvaire de Marion. "On la traitait d'intello quand elle était en primaire. Puis en 6e et 5e elle est devenue la mongole, l'autiste. Elle a eu des menaces de mort sur son téléphone portable. Puis en 4e les choses se sont accélérées, elle était dans une classe extrêmement indisciplinée. Mais ce qui l'a vraiment fait basculer, c'est que son cercle d'amis le plus proche ne l'a pas aidé et est passé du côté des harceleurs".

Estimant avoir été "traitée avec le plus grand mépris" par l'institution scolaire, elle a dénoncé "le déni collectif des institutions". "J'ai des témoignages tous les jours de parents qui demandent de l'aide, car systématiquement c'est aux victimes (de harcèlement) de partir, c'est à la victime de faire le deuil de sa scolarité", a-t-elle témoigné. "Il faut inverser la tendance: dire aux harceleurs, 'ce que vous faites n'est pas normal et est interdit'. Il faut des sanctions", a-t-elle réclamé.

"A terme ce seront des adultes mal dans leur peau, suicidaires…"

Nora Fraisse demande la création d’une loi contre le délit de harcèlement scolaire, pour sanctionner les coupables, et la mise en place d’un vrai plan national qui s’accompagnerait d’une campagne de prévention et d'aide aux victimes. "A partir du moment où un enfant dis 'je souffre', il faut l'entendre, agir et le préserver parce qu'à terme ce seront des adultes qui seront mal dans leur peau, avec des conduites suicidaires, victimes de dépression, de boulimie et d'anorexie".


Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter Follow @JJBourdin_RMC
Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect Tweet #Bourdindirect