RMC

Hooliganisme, inquiétude à Lille: "Si ça chauffe trop, on va fermer la boutique pour éviter le massacre"

A la fan zone de Lille

A la fan zone de Lille - AFP

REPORTAGE - Les commerçants lillois ont tous en tête les images de samedi, à Marseille, théâtre de violents affrontements entre supporters russes et anglais. Alors à l'approche du prochain match de l'équipe de Russie, mercredi, contre la Slovaquie, au stade Pierre Mauroy, l'inquiétude commence à monter.

De brèves échauffourées ont éclaté dimanche en fin d'après-midi sur la Grand-Place de Lille entre supporters ukrainiens et allemands, avant le match Allemagne-Ukraine. Les échauffourées, qui ont eu lieu vers 17H30 pendant quelques minutes seulement, ont mis aux prises une trentaine de supporters qui se sont notamment jeté des bouteilles en verre et donné des coups de pied et des coups de poing. Alors, à l'approche du match Russie-Slovaquie qui a lieu mercredi au stade Pierre Mauroy, les commerçants lillois font part de leur inquiétude.

"La plupart ont peur. C'est normal, je les comprends, déclare sur RMC, Hamza qui tient un magasin de gaufres. Si mercredi ça chauffe trop, on va fermer la boutique pour éviter le massacre. Il vaut mieux perdre un peu de sous que de perdre la boutique". Et d'ajouter: "Comme il y a beaucoup de monde, c'est ingérable. Il faut trouver une solution…" L'une des issues du gouvernement est 'l'interdiction de la vente d'alcool à emporter. Mais Alain, chocolatier, veut aller plus loin: "Il faut interdire complètement l'alcool".

1.800 membres des forces de l'ordre déployés

"Ils ne sont plus dans un état normal et après il suffit d'une petite provocation, d'un simple regard et ça part en vrille, s'explique-t-il dans Bourdin Direct. Après ils ne contrôlent plus rien. C'est pour ça que je pense que l'alcool devrait être complètement banni dans les villes où ce genre de compétitions sportives se déroulent". Pour autant, il n'est pas question de renforcer les effectifs de police, comme le souligne Franck Hanoh, en charge de la sécurité à la mairie de Lille.

"Je ne suis pas inquiet. Je suis très vigilant par rapport à ce match à venir, certifie-t-il. On a 27 caméras déployées autour de la fan zone et les contacts sont pris avec les clubs de supporters. J'ai aussi demandé au service de propreté de faire un passage pendant le match pour ramasser toutes les bouteilles et éviter d'en faire des projectiles. Ce n'est pas la leçon de Marseille mais cela fait partie de ce que l'on a observé et que l'on ne veut pas voir à Lille". A noter que 1.800 policiers, gendarmes et militaires seront déployés le jour du match. Un dispositif qui pourra être renforcé en cas de nécessité.

M.R avec Juliette Droz