RMC

Euromillions: un Français gagne deux fois au tirage MyMillion... en deux ans

A deux ans d’intervalle, un Français a gagné deux fois un million d’euros au tirage MyMillion, le tirage complémentaire de l’Euromillions. La probabilité de gagner à chaque tirage peut aller jusqu'à 1/8.000.000.

C'est ce que l'on appelle avoir du bol. Alain est un joueur régulier de l'Euromillions. En 2020, à la sortie du confinement, il remporte la cagnotte MyMillion, mise en jeu à chaque tirage. Il empoche un million d'euros. Deux ans plus tard, il vient de l'emporter une seconde fois, comme il le raconte au Dauphiné Libéré.

La première fois, il a reçu un mail de la FDJ. Il pense à un canular, mais c'est bien lui le gagnant. " Dans un premier temps je n’y ai pas trop cru. Je suis allé jusqu’à me poser la question : quel intérêt je pouvais représenter pour que quelqu’un s’amuse à pirater le site de La Française des jeux pour me faire croire que j’avais gagné… Donc j’ai mis un peu de temps pour prendre contact avec la FDJ", raconte-t-il au journal dauphinois.

>>> Les histoires d'Apolline Matin sont à retrouver en podcast

Un voyage de noces pour fêter ça

Il a profité de cette somme pour voyager, pour acheter un appartement à ses enfants. Mais il a continué de jouer chaque semaie. Deux ans plus tard, c'est le jour de son remariage, entre la cérémonie du matin et la fête du soir, qu'il apprend qu'il a de nouveau remporté un million d'euros. Il part avec son précieux graal direction Venise pour son voyage de noces, payé avec le premier million d'euros empoché, le ticket gagnant toujours dans sa poche pour ne pas qu'on le lui vole pas.

C'est depuis la cité des Doges qu'il a contacté la FDJ pour empocher son deuxième million. Alain ne sait pas encore ce qu'il va faire de son nouveau pactole. Il parle d'acheter un appartement pour y vivre, mais "sans se presser". Il continue de vivre comme avant, de travailler, "même (s'il est) plus détendu maintenant", et de jouer toutes les semaines. Parce qu'on ne sait jamais, comme dit le dicton: "jamais deux sans trois".

Sébastien Krebs avec Maxime Martinez