RMC

"Je suis toujours malade depuis que j'habite ici": à Marseille, 70 personnes contraintes de vivre dans des conteneurs de 11m²

En attendant la rénovation de leur logement social, 70 Marseillais sont contraints de vivre dans des conteneurs. Pour certains, cela fait bientôt deux ans qu'ils habitent dans 11m².

Onze mètres carré, pour 387 euros par mois: depuis deux ans Sami vit dans un conteneur, une situation qu’il ne supporte plus: "Je ne me sens pas bien, je travaille tous les jours et quand je rentre ici c'est tout petit, je me sens très mal", raconte l'agent de sécurité de 40 ans.

Comme lui, 70 habitants du 3e arrondissement de Marseille logent dans ces habitats temporaires, entre la Gare Saint-Charles et les docks, dans l'attente de travaux de réhabilitation de leur immeuble qui doivent se terminer en février prochain.

Un des voisins de Sami, Ali a développé des problèmes de santé, notamment dus à l’humidité de sa caravane comme il l’appelle: "Je ne respire pas, je suis toujours malade depuis que j'habite dans cette caravane mal aérée. Il y a de l'humidité de la moisissure", déplore cet ancien plaquiste de 42 ans.

Le bailleur social évoque des habitants voulant rester dans leur quartier

François Debelle, directeur régional chez Adoma, le bailleur social explique que plusieurs solutions de relogement ont été proposées aux locataires dans d’autres arrondissements mais ces derniers voulaient rester dans leur quartier:

"On a cherché des solutions dans le 3e arrondissement, on en a trouvé un certain nombre. Mais comme on devait reloger 180 personnes, on a trouvé cette solution d'équiper des conteneurs en mobil-home. Je comprends que c'est difficile et qu'il peut y avoir des moments de lassitude", assure-t-il.

Et alors que les habitants déplorent la présence de nombreux nuisibles, François Debelle estime ce mardi sur RMC que ceux-ci "viennent probablement des dernières pluies", assurant qu'une entreprise intervient régulièrement pour effectuer "des opérations de piégeage".

Dans l'attente de la fin des travaux de réhabilitation prévu en février 2022, le bailleur assure qu’il va proposer des solutions au locataire.

>> A LIRE AUSSI - "J'ai peur d'être un cobaye": les manifestations contre le pass sanitaire s'étoffent chaque semaine

Clémence Fournival (avec Guillaume Dussourt)