RMC

L'histoire vraie de Mehran Karimi Nasseri, le réfugié de Roissy qui avait inspiré Steven Spielberg

Le portrait du jour de Nicolas Poincaré dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story, c’est Mehran Karimi Nasseri. Un Iranien qui a vécu 18 ans dans l'aéroport de Roissy et qui vient d’y mourir.

L'histoire de Mehran Karimi Nasseri est très compliquée, d’autant que ce n’est pas toujours exactement la même qu’il racontait. Mais en gros, c’est celle d’un Iranien qui avait 25 ans au début des années 1960. A la mort de son père, un riche médecin, il décide de partir à la recherche de sa mère, un infirmière anglaise dont il ne connaît que le prénom: Simone.

Le jeune Mehran part en Angleterre. Il ne retrouve pas sa mère mais étudie à l’université, puis il rentre en Iran mais il est emprisonné pour avoir offensé le Shah. Sorti de prison, il est expulsé et commence alors une longue dérive. Il vit en Allemagne, en Belgique et en Italie. Il est régulièrement expulsé...

La Belgique lui accorde finalement le statut de réfugié mais il perd ses papiers alors qu’il est en France. Les Belges ne veulent pas lui refaire ses documents s’il ne se présente pas à Bruxelles. Les Français ne veulent pas le laisser sortir de France sans papier. C’est un imbroglio. C’est à ce moment-là, en 1988, qu’il s’installe dans les sous-sols de Roissy. Il y est resté 18 ans. Nourri par les commerçants de l'aérogare, toujours très propre et très chic, connu sous le nom de sir Alfred.

Un cachet de 450.000 dollars

Son histoire finira par inspirer Steven Spielberg, le cinéaste américain, qui après avoir lu son histoire dans un journal la racontera dans un film, "Le terminal" avec Tom Hanks dans le rôle d'Alfred. La critique avait été unanime pour saluer ce film comme le plus mauvais de Steven Spielberg…

Mais peu importe la qualité du film, le SDF iranien, lui, avait touché un cachet de 450.000 dollars ce qui avait changé sa vie.

Entre-temps, les Belges avaient fini par lui faire parvenir ses papiers. Peu après la sortie du film, Mehran Karimi Nasseri avait disparu de l'aéroport de Roissy. On pense qu’il s'était installé dans un foyer à Paris où il serait resté encore près d’une vingtaine d'années sans plus faire parler de lui…

Et puis il y a quelques semaines, il est revenu dans le sous-sol du terminal 1 à Roissy. A 77 ans, il a recommencé à dormir sur la même banquette, là où il avait vécu pendant des années. Et finalement, ce week-end, il y est mort de mort naturelle. On a retrouvé sur lui plusieurs milliers d’euros en liquide.

Nicolas Poincaré