RMC

"Tout est surveillé, il faut que l’on devienne des robots": une factrice corrézienne mise à pied pour avoir aidé une cliente

La postière a été mise à pied un mois sans salaire après avoir signé un récépissé pour une cliente pour lui permettre de ne pas avoir à se déplacer.

En Corrèze, une factrice a été mise à pied un mois sans salaire, coupable d’avoir rendu service à une cliente. Sylvie Auconie, 59 ans, qui travaille à La Poste de Tulle depuis 28 ans, a été sanctionnée pour avoir signé le récépissé d’un colis à la place d’une cliente pour lui empêcher de se déplacer: "J’ai toujours fonctionné comme ça, sauf que maintenant tout est surveillé, il faut que l’on devienne des robots : pas de contact, pas de pause, on court, on finit tard", a-t-elle déploré au micro de RMC.

Selon les syndicats, cette pratique est "répandue dans les campagnes". Une pétition en soutien de la factrice a été lancée et a recueilli plus de 7500 signatures. C'est la plainte de la fille de l'usagère auprès de la direction demandant l'arrêt de cette pratique qui a entraîné la mise à pied. La factrice a expliqué avoir oublié que la cliente lui avait demandé d'arrêter de signer pour elle.

"Je vais être obligée de dire aux gens qu’il faudra qu’ils aillent chercher leur paquet"

"Je relativise, je suis soulagée de ne pas être licenciée. Mais je ne vais pas travailler comme avant. Je vais être obligée de dire aux gens qu’il faudra qu’ils aillent chercher leur paquet", a assuré Sylvie Auconie.

De son côté, La Poste a assuré "avoir conscience de l'émoi suscité par la situation de la factrice", tout en soulignant qu'elle "avait dérogé à sa mission et à sa prestation de serment".

Rémy Ink (avec Guillaume Dussourt)