RMC

Une Anglaise réclame deux semaines de congés pour faire le deuil de son chien

LES TROIS HISTOIRES - Chaque jour, Charles Magnien vous dévoile trois histoires insolites de l'actualité

Un seul être vous manque... et tout est dépeuplé. Le poème de Lamartine prend tout son sens pour Wendy O'Grady, une britannique de 47 ans. Elle a perdu Zac, un adorable labrador qui l'accompagnait depuis 12 années. Atteint d'un cancer incurable, le chien a dû être piqué en juillet. Et depuis la peine de Wendy est immense. 

Elle compare la mort de son chien à celle d'un enfant: "Je ne peux même pas expliquer notre peine. Nous sommes inconsolables. Après douze années, ne pas le trouver derrière la porte quand je rentre à la maison ca me fend le cœur" confie-t-elle au tabloïd Mirror.

Un deuil extrêmement difficile à faire donc, au point qu'elle a demandé à son patron un congé pour deux semaines. Une idée qui a révolté Philippe Collin dans "Estelle Midi" sur RMC. Selon l'agriculteur de l'Yonne, "Il y a une relation anthropomorphique insensée qui est entrain de se développer par rapport aux animaux. C'est le signe d'une pathologie pour une société"...

En tout cas, d'après un sondage réalisé pour une société de bien-être pour animaux de compagnie, l'idée de Wendy n'est pas si impromptue: un propriétaire d'animal endeuillé sur deux compare la perte de son compagnon à poils à celle d'un membre de la famille. Wendy n'est donc pas la seule à vivre une telle tristesse...

Mais elle va mieux: le 21 août dernier, un membre de sa famille lui a offert un nouveau petit chiot, Zebedee. 

Charles Magnien (avec XA)