RMC

Afghanistan: au moins 19 morts dans un attentat visant des étudiantes

Attentat en Afghanistan

Attentat en Afghanistan - AFP

Au moins 19 personnes ont été tuées, à Kaboul (Afghanistan) ce vendredi, dans un attentat suicide. L'attaque a eu lieu au sein d'un centre de formation, dans le quartier Dasht-e-Barchi, peuplé par la communauté minoritaire hazara. La plupart des victimes sont des femmes.

À Kaboul (Afghanistan), le quartier Dasht-e-Barchi, peuplé par la communauté minoritaire hazara, a été une nouvelle fois la cible d'un attentat suicide très meurtrier, ce vendredi. L'attaque, qui n'a pas encore été revendiquée, a eu lieu dans un centre de formation qui prépare des étudiants à leurs examens d'entrée à l'université.

"19 personnes sont décédées et 27 autres ont été blessées", a déclaré Khalid Zadran, porte-parole de la police.

"La plupart des victimes sont des filles"

L'éducation est une question extrêmement sensible en Afghanistan à majorité sunnite, les talibans empêchant, depuis leur retour il y a un peu plus d'un an, de nombreuses filles de reprendre l'enseignement secondaire.

"Nous étions environ 600 (étudiants) dans la classe, mais la plupart des victimes sont des filles", a témoigné auprès de l'AFP un étudiant témoin de l'explosion qui se trouvait dans un hôpital pour être soigné.

Cet attentat qui vise, une nouvelle fois, le monde de l'éducation s'est produit dans le quartier de Dasht-e-Barchi, une zone à prédominance musulmane chiite, théâtre de certaines des attaques les plus meurtrières commises en Afghanistan.

Les familles affluent dans les hôpitaux

Le groupe État islamique (EI), aussi sunnite, avec lequel les talibans entretiennent néanmoins une profonde inimitié, s'oppose également à l'éducation des femmes et des filles. L'EI, principale menace du régime taliban, a revendiqué plusieurs attentats ces derniers mois.

Autour des lieux, des équipes de sécurité ont été déployées, alors que les familles affluaient dans les hôpitaux, à la recherche de leurs enfants et leurs proches.

Craignant une nouvelle attaque au milieu de la foule, les talibans ont obligé les familles des victimes à quitter, au moins, un hôpital.

"Nous ne l'avons pas trouvée ici. Nous l'appelons mais elle ne répond pas", s'inquiétait une jeune femme en détresse, cherchant sa soeur de 19 ans dans un hôpital.

Une école pour garçon attaquée en avril

"Attaquer des cibles civiles prouve la cruauté inhumaine de l'ennemi et son absence de normes morales", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Abdul Nafy Takor.

En mai 2021, une série d'explosions s'était également produite devant un établissement scolaire pour filles de ce même quartier, faisant 85 morts, en majorité des lycéennes, et plus de 300 blessés.

AB avec AFP