RMC

Algérie: Bouteflika va-t-il renoncer? Journée cruciale et incertaine

Abdelaziz Bouteflika va-t-il renoncer à briguer un cinquième mandat? Il devra déposer sa candidature avant ce dimanche minuit alors que les manifestations se multiplient pour contester sa volonté de rester au pouvoir.

L'Algérie suspendue à la décision de son président. La candidature du président sortant Abdelaziz Bouteflika doit être déposée avant minuit heure locale ce dimanche, sans quoi le dirigeant algérien de 82 ans ne pourra pas se présenter pour un 5e mandat à la présidence de son pays.

Samedi, Abdelaziz Bouteflika a limogé son directeur de campagne et ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal sans que les motifs de ce changement n'aient pas été annoncés. Le président algérien est hospitalisé à Genève (Suisse) depuis dimanche dernier, mais rien ne semble le contraindre à être présent pour déclarer sa candidature.

Le scrutin prévu, pour le moment, le 18 avril

Vendredi, une nouvelle journée de manifestation a donné lieu à de nombreux rassemblements dans le pays, et un manifestant est mort à Alger pendant une bousculade après des heurts avec les forces de l'ordre.

Au pouvoir depuis 1999, Bouteflika souffre des séquelles d'un accident vasculaire cérébral (AVC) depuis 2013, a déclenché une contestation d'ampleur inédite en 20 ans avec l'annonce de sa candidature à un cinquième mandat.

Ce dimanche est donc une journée clé, mais difficile de savoir à quoi s'attendre. La première possibilité est qu'Abdelaziz Bouteflika se présente bien à sa réélection. Le pouvoir en place, pourrait alors décider de camper sur ses positions et de maintenir la date du scrutin au 18 avril, au risque de voir la contestation enfler.

Qui pour le remplacer ?

Le report ou l'annulation de l'élection présidentielle, pourrait aussi bien être envisagé, au motif de menaces sur la sécurité et l'ordre publics. Un deuxième scénario gagne peu à peu en crédibilité. Celui du retrait d'Abdelaziz Bouteflika de la course à un 5e mandat.

Le Président, âgé de 82 ans, est hospitalisé en Suisse depuis dimanche dernier. Des raisons médicales pourraient l'amener à renoncer à une nouvelle campagne présidentielle.

Une nouvelle question se poserait alors. Qui pour le remplacer ? Les éventuels candidats qui puissent plaire à l'armée comme au peuple sont rares. L'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal était un temps pressenti avant d'être limogé samedi de son poste de directeur de campagne. L'incertitude reste donc totale avant cette journée-clé.

Benoit Ballet (avec James Abbott)