RMC

Attaques terroristes contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande: 49 morts et une vingtaine de blessés

La Première ministre néo-zélandaise a donné un premier bilan des attaques commises ce vendredi à Christchurch.

40 morts et une vingtaine de blessés, selon un premier bilan. Des attaques dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande ont été perpétrées vendredi. Selon les premiers éléments, les autorités parlent d'un tireur qui a tué plusieurs musulmans en Nouvelle-Zélande. Le Premier ministre australien a indiqué qu'il s'agissait d'un "terroriste extrémiste de droite, violent", a-t-il dit sans autre précision, expliquant que l'enquête était aux mains des auorités néo-zélandaises.

"Les décès, pour ce que nous en savons, sont survenus dans deux endroits, une mosquée sur Deans Avenue et une autre mosquée sur Linwood Avene", a déclaré le commissaire Mike Bush.

Les enquêteurs n'étaient pas certains du nombre d'auteurs de ces tirs, qui pourraient être plusieurs. 

Ils ont annoncé plus tard vendredi l'arrestation de quatre personnes en relation avec les fusillades meurtrières contre deux mosquées de Christchurch et avoir neutralisé un certain nombre d'engins explosifs artisanaux. 

"Quatre personnes sont en garde à vue, trois hommes et une femme", a dit le commissaire Mike Bush, précisant que l'armée avait désamorcé des engins explosifs retrouvés sur les véhicules des suspects avaient été sécurisés. 

La police a demandé aux gens de ne pas partager "des images extrêmement pénibles" après la mise en ligne d'une vidéo montrant un homme blanc se filmant en train de tirer sur des fidèles dans une mosquée.

En ce jour de prière pour les musulmans, la police demande aux fidèles d'éviter les mosquées "partout en Nouvelle-Zélande", a-t-il ajouté. Un grand périmètre dans cette ville de l'île du Sud a été bouclé par les forces de l'ordre. "La police répond au maximum de sa capacité pour affronter la situation, mais les risques restent extrêmement élevés", a-t-elle dit dans un communiqué.

"Des corps partout"

Au moment de la fusillade, la mosquée Masjid al Noor, sur l'avenue Deans, était remplie de fidèles, dont les membres de l'équipe nationale de cricket du Bangladesh. Ceux-ci sont ressortis indemnes. 

Un témoin a raconté au site internet d'information Stuff.co.nz qu'il était en train d'y prier quand il a entendu des tirs. 

En prenant la fuite, il a vu sa femme morte devant l'édifice religieux. Un autre homme a dit avoir vu des enfants se faire abattre. "J'avais des corps partout sur moi". Un témoin a expliqué à Radio New Zealand qu'il avait entendu des coups de feu et vu quatre personnes gisant au sol, "avec du sang partout".

Ali lui a été l'un des derniers à sortir de la mosquée. Il raconte la scène sur RMC:

"L'imam était en train de donner le sermon, il était un peu moins de 14h, et les tirs ont commencé. L'assaillant est entré dans la salle et tirait au hasard. Je ne l'ai pas vu directement, j'étais au sol, sous un banc, parce que si je me montrais, j'allais me faire tirer dessus. Alors j'ai prié pour rester en vie. J'étais la dernière personne à sortir de la mosquée après la fusillade...Il y avait des corps partout", décrit-il

La Première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern a décrit "un acte de violence extraordinaire et sans précédent". "Mes pensées, et je suis sûre celles de tous les Néo-Zélandais, vont à ceux qui ont été touchés et à leur famille", a-t-elle ajouté. 

RMC avec AFP