RMC

"C'est un véritable assassinat en groupe": les sauveteurs en mer choqués après la mort de 27 migrants dans La Manche

Mercredi après-midi, une embarcation pneumatique qui tentait de rejoindre l'Angleterre depuis Calais a chaviré dans les eaux glaciales de La Manche. Vingt-sept personnes sont mortes dont une petite fille.

Mercredi après-midi, deux hélicoptères survolent La Manche entre la France et l'Angleterre, où un pêcheur a signalé la présence de plusieurs corps notamment de femmes et d'une petite fille. Charles Devos volontaire de la SNSM, arrive en début d'après-midi aux commandes de l'un des canots de la Société nationale des sauveteurs en mer. La patrouille tourne au drame:

"Nous avons récupéré six corps à la dérive. L'embarcation pneumatique était totalement dégonflée, tout le monde n'avait pas de gilet de sauvetage. J'ai vu une femme enceinte et un jeune homme d'à peine 18 ans", raconte-t-il à RMC. Ce bénévole était inquiet depuis le matin même, comme à chaque fois qu'il se réveille et voit le beau temps par la fenêtre. Cette fois le bilan est très lourd. Vingt-sept personnes sont mortes, dans les eaux glacées de La Manche.

>> A LIRE AUSSI - Calais: quatre migrants percutés par un TER, un mort et un blessé grave

"C'est attristant, on est désarmés"

Les sauveteurs des Hauts-de-France ont affaire, à deux fois plus d'embarcations de fortune depuis cet été, de plus en plus surchargées. Ils sont écœurés et impuissants: "C'est un véritable assassinat en groupe de la part des passeurs. Cela fait longtemps qu'on tire le signal d'alarme, on est tous choqués. On est déjà allés chercher des enfants de 2-3 ans grelotant en hypothermie. C'est attristant, on est désarmés".

Les sauveteurs en mer, avaient repêché trois corps de migrants cette année avant le drame de mercredi, le plus meurtrier. Deux personnes ont pu être repêchés mais leur pronostic vital était engagé mercredi soir.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a assuré que quatre passeurs soupçonnés d'être en lien avec la tragédie ont été arrêtés. Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées à proximité du port de Calais mercredi soir en hommage.

>> A LIRE AUSSI - Calais: la maire et les associations contre la mise en place d'un "sas de mise à l'abri" pour les migrants

Nicolas Traino (avec Guillaume Dussourt)