RMC

Crise des migrants au Bélarus: Marine Le Pen va se rendre en Pologne

INFORMATION RMC - La candidate RN à l'élection présidentielle y est attendue début décembre pour deux jours.

C'est une information RMC: Marine Le Pen est attendue en Pologne. En pleine crise des migrants au Belarus, aux portes de l'Europe, La candidate RN à l'élection présidentielle y fera un déplacement de deux jours les 3 et 4 décembre.

Un déplacement annoncé quelques heures seulement après qu'Emmanuel Macron a réitéré mercredi sa "solidarité" avec Varsovie, face aux "déstabilisations" qu'elle subit selon lui à sa frontière avec le Bélarus où se trouvent des milliers de migrants, à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, actuellement en tournée dans plusieurs pays européens.

Les dates du 3 et 4 décembre n'ont rien d'anodin: en début de semaine prochaine, Eric Zemmour devrait officialiser sa candidature à la présidentielle avant un premier meeting de campagne le 5 décembre à Paris. 

Fin octobre, au début d'une séquence européenne qui l'avait conduite jusqu'à Budapest, Marine Le Pen avait alors déjà rencontré le premier ministre polonais et avait alors réaffirmé son soutien au chef du gouvernement polonais dans son bras de fer avec Bruxelles sur l'indépendance de la justice et la primauté du droit européen.

Le 21 novembre, Jordan Bardella, le président du Rassemblement national, avait indiqué sur BFMTV "soutenir la Pologne dans la construction du mur" à la frontière.

Crise au Bélarus

Le président du Bélarus, Alexandre Loukachenko, est accusé d'orchestrer cette pression migratoire à ses frontières. Le régime qui dirige d'une main de fer le Bélarus depuis 1994, est accusé par Bruxelles d'avoir attiré depuis l'été plusieurs milliers de migrants dans son pays avant de les acheminer aux frontières orientales de l'Union européenne, dans le but de se venger de sanctions occidentales.

Ces dernières semaines, la Pologne a ainsi fait face, à sa frontière avec le Bélarus, à un important afflux de personnes originaires principalement de pays du Proche-Orient. Varsovie a plusieurs fois dénoncé une "guerre hybride" de Minsk. Alors que le Bélarus leur avait promis un passage facile en Europe, les candidats à l'exil se sont retrouvés bloqués à la frontière dans des conditions difficiles, nombre d'entre eux campant dans une forêt par des températures négatives. 

Selon les médias polonais, au moins 11 migrants sont morts dans la zone frontalière depuis l'été. 

Juliette Droz avec XA