RMC

Catalogne: à L'Esquirol, les habitants attendent l'indépendance "depuis toujours"

Ce mardi à 18h, le président catalan Carlos Puigdemont, pourrait proclamer l'indépendance de la Catalogne. RMC s'est rendue à L'Esquirol, un village de 2.000 habitants à 80 kilomètres de Barcelone, farouchement indépendantiste.

L'avenir de la Catalogne se joue ce mardi. Son président Carles Puigdemont doit s'exprimer à 18h. Il devrait évoquer les conséquences du référendum d'autodétermination illégal du 1er octobre. Et en Catalogne, certains n'espèrent qu'une chose: la proclamation d'indépendance de la région.

C'est le cas à L'Esquirol, un village de 2.000 habitants à 80 kilomètres de Barcelone où se sont rendues nos envoyées spéciales. Lourdes, travaille dans un restaurant, et à l'évocation d'une potentielle indépendance, son visage s'illumine: "C'est ce que nous attendons tous ici depuis toujours. Ça fait des années qu'on nous fait peur, qu'on nous dit que c'est impossible, ça suffit. Je ne sais pas ce qui va se passer, mais il faut essayer, il faut voir ce qui se passe".

Le désir d'indépendance s'affiche ici sur les bâtiments. Le maire Alex Montanya n'a pas attendu le référendum pour accrocher un drapeau catalan autour du clocher de l'église. Il est déterminé et plus confiant que jamais: "Que ce soit sur le plan de la productivité et du commerce extérieur, du tourisme, on est parmi les plus performants économiquement. La Catalogne n'a rien à craindre".

"Je n'ai pas peur de sortir de l'Europe"

Ne pas s'inquiéter, ne pas douter, à quelques heures d'une possible déclaration d'indépendance, Jaume, ce père de famille ne vacille pas: "Je n'ai pas peur de sortir de l'Europe, ça fait des années qu'on participe à son budget. Nous sommes des citoyens européens, on n'a jamais vu l'Europe rejeter comme ça un pays européen".

Pourtant, une Catalogne "indépendante" serait automatiquement exclue de l'UE, qu'elle ne pourrait rejoindre qu'après un nouveau processus d'adhésion. L'avenir de cette région grande comme la Belgique, riche de 7,5 millions d'habitants, et au-delà le destin de tout un pays se jouera mardi soir, sous le regard inquiet du reste de l'Europe, ébranlée par le Brexit de 2016.

Marie Régnier et Marie Monier (avec P.B.)