RMC

Ce qu’il faut savoir des postes clés de l’UE

Réunis depuis dimanche en sommet à Bruxelles, les dirigeants européens avaient pour mission de s'entendre sur les noms de personnalités appelées à occuper les plus hautes fonctions de l'UE.

Enfin. Après trois jours d'âpres négociations, les dirigeants européens se sont entendus sur leur casting pour diriger l'UE, qui verra deux femmes aux postes clés: une ministre allemande, Ursula von der Leyen, à la Commission, et la Française Christine Lagarde à la BCE.

Pour prendre la tête de la Commission, le nom de l'actuelle ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, une proche de la chancelière Angela Merkel, avait été proposé par Emmanuel Macron. La candidature de l'Allemande avait reçu le soutien des pays du Groupe de Visegrad (Hongrie, Slovaquie, République tchèque, Pologne).

La présidente de la Commission a pour rôle de piloter la Commission européenne, l'organe exécutif de l'UE, qui détient le quasi-monopole de l'initiative législative, est chargée de l'application des lois et veille au respect des traités. Elle a sous sa direction un collège composé de 27 commissaires (ils ne seront plus que 26 avec le départ du Royaume-Uni de l'UE), un par Etat membre en plus du président. Le mandat du président est de cinq ans, renouvelable une fois.

Cette solution a permis d'ouvrir la voie à une Française, Christine Lagarde, pour prendre la tête de la Banque centrale européenne (BCE). L'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy occupe désormais un mandat unique de huit ans, pendant lequel elle devra élaborer et mettre en oeuvre la politique monétaire influant sur le quotidien de plus de 340 millions de citoyens de l'UE. La voix du président de la BCE est prépondérante au moment de décider de la montée ou la baisse des taux d'intérêt et sur d'autres outils de soutien à l'économie. 

Le ticket von der Leyen/Lagarde permet à la France et à l'Allemagne d'obtenir chacune un poste européen d'envergure, et à la droite européenne de conserver la tête de la Commission. En outre, il respecte la parité souhaitée par des leaders européens pour les postes de pouvoir.

L'actuel Premier ministre libéral belge Charles Michel hérite lui de la présidence du Conseil européen, tandis que le poste de Haut représentant pour les Affaires étrangères est confié au ministre socialiste espagnol Josep Borrell. Dans les faits, celui qui dirige le Conseil européen, cénacle des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE, est chargé de définir les orientations de l'Union et de lui donner l'impulsion politique.

Le poste de président permanent existe seulement depuis 2009: il est avant tout chargé de trouver un consensus entre les 28 (ou 27 après le départ du Royaume-Uni) dirigeants européens. Chef d'orchestre des sommets européens (qui réunissent les dirigeants généralement à Bruxelles), il coordonne et préside ses travaux. Il représente l'UE à l'étranger avec le président de la Commission. Son mandat est de deux ans et demi, renouvelable une fois. nse de l'UE, une tâche délicate face aux Etats membres.

La rédaction de RMC (avec AFP)