RMC

Comment Facebook veut lutter contre la désinformation avant l'élection américaine

Tous les jours sur RMC, Charles Magnien commente l'actu vue sur les réseaux sociaux.

La lutte contre les fameuses "fake news" si chères à Donald Trump. A deux mois de l’élection présidentielle américaine, Facebook dévoile ses mesures pour tenter de limiter la désinformation. 

Si on se souvient que Facebook avait été accusé de laxisme en 2016, lors de l’élection de Donald Trump, en laissant tout et n’importe quoi se propager sur son réseau, Mark Zuckerberg tente de reprendre les devants: le prochain scrutin s’annonce incertain, et la campagne particulièrement virulente.

Facebook applique ainsi des mesures qui semblent viser particulièrement le camp Trump. Par exemple, si un candidat revendique la victoire alors que l’ensemble des résultats ne sont pas connus, ses posts seront précédés d’un avertissement, d’une sorte de badge "Attention fake news"… Or, on le sait: Donald Trump menace déjà de contester le résultat du vote par correspondance.

Facebook va également bannir les messages qui inciteraient les messages à ne pas aller voter, ou leur donnerait de fausses informations sur la manière de voter.

Il y également l’épineuse question des publicités politiques: des candidats peuvent en effet acheter massivement de l’espace pub et y diffusent des messages parfois mensongers… Donald Trump a été plusieurs fois épinglé sur le sujet.

Mais le réseau social refuse de bannir ces pubs, et promet qu’elle seront soumises à des filtres de vérifications. Et elles seront seulement interdites durant la semaine qui précède l’élection.

Enfin, dernier défi pour Facebook: éviter une ingérence étrangère… Il y a deux jours, le réseau social a révélé avoir bloqué une opération russe visant à influer sur l’élection. Et ce genre de tentative pourrait se multiplier à l’approche du scrutin… 

Charles Magnien avec Xavier Allain