RMC

De son attachement pour le PSG à ses coups de sang, retour sur le parcours de Nasser Al-Khelaifi

Le président du PSG s'est fait remarqué mercredi soir après la défaite et l'élimination. Très en colère après l'arbitrage, il s'est précipité dans le vestiaire arbitre et a cassé un des drapeaux d'un juge de touche.

Le président qatari du PSG, Nasser Al-Khelaifi, a peu apprécié la défaite de mercredi en Ligue des Champions. RMC confirmait jeudi l’altercation qui a eu lieu à Madrid après le naufrage des Parisiens face au Real. Le président s’est précipité dans le vestiaire des arbitres, en furie au point de casser l’un des drapeaux du juge de touche, et de forcer la sécurité du stade à intervenir. Nasser Al-Khelaifi s’en serait pris aussi à une personne qui filmait la scène.

C'est dire la fébrilité de l’actionnaire qatari face à ce nouvel échec, alors que toute sa stratégie est orientée vers la Ligue des Champions.

C’est lui qui depuis 10 ans maintenant, déroule le tapis rouge et le carnet de chèques aux plus grandes stars du foot. Messi l’été dernier, Neymar en 2017 pour 222 millions d’euros, Mbappé le même été, pour 180 millions. Nasser Al-Khelaifi incarne l’ère qatari, ses succès comme ses errances.

Ce qu’on sait moins, c’est qu’il a démarré dans le tennis. Comme joueur d’abord. Dès l’enfance, il s'entraîne sur la Côte d’Azur avec l’équipe du Qatar. Sa carrière de tennisman n’a pas marqué les annales mais elle a sans doute changé sa vie. Lui, le fils de pêcheur, se met à côtoyer le prince héritier, Tamin Ben Hamad Al-Thani, devenu depuis l’Émir du Qatar.

Puissant mais sanguin

Il le considère comme un frère, et l'Émir le lui rend bien. Dès son arrivée au pouvoir en 2013, il le nomme ministre d’Etat, sans portefeuille. Poste purement honorifique, qu’il a toujours aujourd’hui. Depuis, il lui a aussi confié les rênes du groupe Bein Sport, à sa création en 2014, et le PSG en 2011 avec un budget considérable, apporté par le fonds souverain, Qatar Sport Investment.

Depuis, il est devenu l’un des hommes les plus influents du foot européen. Discret, il soigne sa communication, mais il n’en n’est pas moins influent, et craint. Nasser Al-Khelaifi , 48 ans, est souvent décrit comme un bourreau de travail, sincèrement attaché au PSG. Il est aussi connu pour ses coups de sang et semble avoir peu de goût pour ceux qui osent émettre la moindre critique.

Il côtoie les puissants. Au Parc des Princes, il n’a pas seulement garni la pelouse, il a aussi rempli la tribune VIP, de stars et de politiques comme Nicolas Sarkozy qui l’invite à son anniversaire.

Reste des zones d’ombre. Le FIFA Gate, l’attribution des droits-télé des futures Coupes du monde de 2026 et 2030 et dont l’affaire est toujours en cours devant la justice suisse. Il est question d’un “arrangement corruptif” avec Jérôme Valcke, l’ancien secrétaire général de la FIFA, qui aurait profité d’une maison en Sardaigne en échange de l’attribution des droits à Bein Sport.

Sébastien Krebs