RMC

Guerre en Ukraine: pourquoi les Russes se méfient énormément de la "mobilisation partielle"

Après la "mobilisation partielle" décidée par Vladimir Poutine dans le cadre de la guerre en Ukraine, les Russes craignent de devoir partir au front.

Vladimir Poutine a annoncé ce mercredi une "mobilisation partielle" de la population pour renforcer l'armée. Une mesure qui était redoutée par les Russes. Les vols vers l’étranger ont été pris d'assaut. Le prix du billet d’avion, aller simple Moscou-Istanbul, a explosé, passant de 230 à 4.000 euros pour les dernières places disponibles. Pourquoi Istanbul ? Parce que c’est l’un des derniers pays proches de l'Europe qui a maintenu ses liaisons aériennes avec la Russie et où les Russes peuvent se rendre sans visa. Mais mercredi soir, on a appris que les compagnies aériennes russes ne devaient plus vendre de billets aux hommes en âge de combattre.

Sur Google, on a assisté à un pic de demandes de réponses à la question: "Comment quitter la Russie?". Mais aussi à la question: "Comment se casser un bras ?". Et il y a des réponses. Des sites qui proposent de vous fracturer un bras ou une jambe, sans douleur, pour la modique sommes de 25 euros… Tout cela démontre une peur panique d'être envoyé à la guerre.

Et des manifestations ont eu lieu ce mercredi, contre la mobilisation, au cri de "Non à la guerre". Ce n’était pas des cortèges immenses, plutôt des rassemblements clairsemés, mais on a recensé des manifestations dans 38 villes différentes. A Moscou, c'était sur l’Arbat, la principale rue piétonne du centre de la capitale. La police est rapidement intervenue et a arrêté plus d’un millier de manifestants… Des journaux affirment ce jeudi matin que désormais, toute personne arrêtée lors d’une manifestation pourra aussitôt être enrôlée dans l'armée.

Quels sont les Russes concernés par la mobilisation? Essentiellement les réservistes, c'est-à-dire les anciens militaires et tous ceux qui ont fait leur service militaire. Ceux-là, dès aujourd’hui, peuvent recevoir une lettre de mobilisation et partir aussitôt vers un centre de formation. Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou a précisé que 300.000 personnes sont concernées par cet appel. Ceux qui ne répondront pas à l’appel sont passibles de dix ans de prison, une peine qui vient d'être revue à la hausse par le parlement.

La guerre en Tchétchénie a été un traumatisme

Beaucoup de Russes se méfient et craignent que la mobilisation soit finalement plus large. Et ils ont raison de se méfier. Parce que les décrets qui ont été signés ce mercredi ne donnent aucune garantie. Tout ce que Poutine a promis à l'oral, c’est à dire que seuls les hommes formés à la chose militaire seront mobilisés, toutes ces promesses ne sont pas traduites à l'écrit dans la loi…

Les jeunes qui font actuellement leur service militaire ne peuvent pas être envoyés en Ukraine, théoriquement. Sauf qu’au bout de quatre mois, on peut leur proposer un contrat qui en fait des engagés qui peuvent aussitôt être mobilisés.

Tout cela rappelle de très mauvais souvenirs aux Russes, avec les deux guerres en Tchétchénie dans les années 1990 et 2000. Des centaines de milliers de gamins avait été mobilisé de force et envoyé servir de chair à canon. On a compté deux fois 12.000 morts parmi ces appelés.

La guerre en Tchétchénie a été un traumatisme et elle était détestée par les Russes. La guerre en Ukraine est au contraire encore approuvée par une majorité de l’opinion, parce qu’elle était faite par des soldats professionnels. En tout cas, jusqu'à mercredi. Mais l’opinion pourrait bien se retourner si l’on voit des jeunes gens être enrôlés de force ou si l’on voit les cadavres revenir dans les villages…

Militairement, cela pourrait-il changer le cours de la guerre? Sur le papier, 300.000 hommes supplémentaires, c’est énorme. A titre de comparaison, pour l’instant, environ 200.000 soldats russes avaient été envoyés en Ukraine. Seulement, pour être utiles militairement, il faudrait que ces nouvelles recrues soient formées. Et justement, la formation est le point faible de l'armée russe. Parce qu’elle a peu de sous-officiers. Il y a la troupe et les officiers qui font marcher les soldats à la schlag. Mais si c’est pour envoyer au combat des jeunes hommes, mal formés, mal équipés, mal nourris, ce ne sera pas très efficace et ce sera surtout extraordinairement impopulaire…

Nicolas Poincaré