RMC

Incendies: 38 morts dont plus d’une dizaine d’enfants dans les feux de forêt qui ravagent l’Algérie

Un homme face à un incendie dans une région boisée à Ait Daoud, dans le nord de l'Algérie, le 13 août 2021 (illustration).

Un homme face à un incendie dans une région boisée à Ait Daoud, dans le nord de l'Algérie, le 13 août 2021 (illustration). - RYAD KRAMDI © 2019 AFP

Au moins 38 personnes, dont plus d'une dizaine d'enfants, ont péri dans les flammes des incendies qui sévissent depuis plusieurs jours en Algérie.

Les pompiers en Algérie continuent jeudi de lutter contre 24 feux de forêt dans le nord et l'est du pays, au milieu de "scènes de désolation", qui ont fait au moins 38 morts dont plus d'une dizaine d'enfants.

C’est à El Tarf, dans l’extrême est du pays, non loin de la frontière avec la Tunisie, que le bilan est pour le moment le plus lourd. 30 personnes sont mortes dans les flammes parmi lesquels 11 enfants et six femmes selon les médias locaux. Les autorités ont aussi fait état de plus de 200 blessés dont 10 pompiers.

Le ministère de la Justice a ouvert une enquête visant à déterminer si les incendies étaient d'origine criminelle après des déclarations du ministre de l'Intérieur selon lesquelles "certains des incendies ont été provoqués".

Durant les dernières 24 heures, 1.700 pompiers ont été mobilisés pour éteindre 118 foyers à travers 21 préfectures.

Un autocar rempli piégé par les flammes

Tous les ans, le nord de l'Algérie est touché par des feux de forêt, mais ce phénomène s'accentue d'année en année sous l'effet du changement climatique, qui augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet des incendies. Il faisait environ 48 degrés mercredi à El Tarf, Guelma et Souk Ahras.

Sur la route vers El Kala, près d'El Tarf, une ville de 100.000 habitants, une équipe de l'AFP a vu des arbres calcinés, des véhicules brûlés, des gens aux yeux hagards. Ils ont aussi constaté "d'importants dégâts dans le parc animalier, la mort d'une personne qui aidait les gens à fuir" et de "12 autres prises au piège dans un autocar" devant ce zoo.

Le Premier ministre, Aymen Benabderrahmane, arrivé jeudi à El Tarf, a présenté les condoléances du président Abdelmadjid Tebboune aux familles et assuré que les "autorités mettaient en œuvre tous les moyens" pour soigner les blessés et éteindre les feux encore en cours.

Près de Souk Ahras, à environ 200 km de là, cinq incendies ne sont toujours pas maîtrisés. La veille, le feu avait provoqué des scènes de panique en se rapprochant de cette ville d'un demi-million d'habitants. Au moins 350 familles ont quitté leur logement, un hôpital évacué.

Un manque de moyens aériens?

Pour intervenir sur les incendies, les autorités ont mobilisé un bombardier d'eau russe Beriev BE 200, qui est tombé en panne et ne sera pas opérationnel avant samedi, selon le ministre de l'Intérieur, Kamel Beldjoud, mercredi soir.

L'Algérie a récemment annulé un contrat pour l'affrètement de sept bombardiers d'eau à une société espagnole, à la suite d'une brouille avec Madrid après son revirement en faveur de la position marocaine sur le dossier du Sahara occidental.

Les incendies des derniers jours ont ravivé le débat sur le manque de bombardiers d'eau en nombre suffisant, qui avait déjà agité le pays l'an passé quand au moins 90 personnes avaient péri dans le nord du pays, dans les pires incendies depuis l'indépendance.

Lors d'un séminaire algéro-canadien sur la lutte contre les feux de forêt, des spécialistes avaient recommandé en mai dernier "la mise en place d'un dispositif national de lutte au moins équivalent à celui qui existait dans les années 1980", a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat un expert qui participait aux débats.

AL avec AFP