RMC

Israël: Netanyahu et ses alliés remportent la majorité des sièges

Benjamin Netanyahu et ses alliés de droite ont remporté la majorité des sièges au Parlement à l'issue des législatives du 1er novembre, a annoncé jeudi la commission électorale israélienne.

L'ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est de retour au pouvoir. Avec ses alliés de droite, il a remporté la majorité des sièges au Parlemen,t à l'issue des législatives du 1er novembre, a annoncé jeudi la commission électorale israélienne.

Avec 32 sièges pour le Likoud de l'ancien Premier ministre Netanyahu, 18 pour les partis ultra-orthodoxes et 14 pour une alliance d'extrême droite, le bloc de droite a remporté 64 sièges, d'après la commission. En face, le bloc du Premier ministre sortant Yaïr Lapid, centriste, a remporté 51 sièges à la Knesset.

"Il est temps de ramener la sécurité dans les rues, de rétablir l'ordre, de montrer qui est le maître, il est temps de tuer un terroriste qui mène une attaque", a affirmé le ténor de l'extrême droite Itamar Ben Gvir qui a assuré que le gouvernement Lapid "arrive à sa fin.

Pour la première fois depuis 2009, M. Netanyahu ne concourrait pas en tant que Premier ministre sortant, ayant été détrôné en juin 2021 par une coalition hétéroclite mise sur pied par le centriste Yaïr Lapid avec l'objectif assumé de le chasser du pouvoir. Il ne raccrochera jamais sa veste de lui-même, affirme Aviv Bushinsky, son ancien porte-parole et fin connaisseur du Likoud, son parti.

"Il fera tout ce qui est possible pour former une coalition, même les choses les plus folles", dit ce spécialiste à l'AFP. "Il pense avoir reçu une mission de Dieu pour sauver le pays".

Un homme de droite

Malgré son inculpation pour corruption dans une série d'affaires - allégations qu'il nie-- "Bibi" peut compter sur un vivier inébranlable de supporters de sa politique marquée très à droite. À l'opposé du processus de paix israélo-palestinien des années 1990, qu'il a contribué à enterrer, Netanyahu prône une vision d'Israël comme "Etat juif" avec des frontières s'étendant jusqu'à la Jordanie, d'où ses déclarations en faveur de l'annexion de pans de la Cisjordanie occupée et de mesures favorisant un boom des colonies.

Pendant la dernière décennie, où il était au pouvoir, les colonies en Cisjordanie ont dépassé les 475.000 habitants --une hausse de 50%--, vivant en parallèle de 2,9 millions de Palestiniens, une présence accrue qui menace la création d'un Etat palestinien viable selon l'ONU.

Ses admirateurs voient d'ailleurs en lui l'incarnation du nouveau "Roi d'Israël" pour sa défense arc-boutée du pays face à l'Iran et à son programme nucléaire, perçu comme le nouvel "Amalek", l'ennemi mortel des Hébreux dans la Bible. Alors qu'il tient des propos durs vis-à-vis du leadership palestinien, il a conclu des accords de normalisation en 2020 avec des pays arabes (Emirats arabes unis, Bahreïn, Soudan, Maroc) sous l'égide de Washington.

Troisième fois Premier ministre

C'est la troisième accession de Netanyahu comme Premier ministre. En 1996, à 46 ans, il triomphe du doyen Shimon Peres et devient le plus jeune Premier ministre de l'histoire d'Israël. Il restera trois ans au pouvoir. Il fait une pause politique puis finit par revenir à cette passion en prenant la tête du Likoud, jusqu'à redevenir Premier ministre en 2009 jusqu'en 2021.

"Soldat, j'ai combattu pour défendre Israël sur les champs de bataille. Diplomate, j'ai repoussé des attaques contre sa légitimité dans des forums internationaux. Ministre des Finances et Premier ministre, j'ai cherché à renforcer son pouvoir économique et politique parmi les nations", écrit-il dans sa biographie. Et de conclure qu'il a "aidé à sécuriser l'avenir de (son) vieux peuple".

MM avec AFP