RMC

Kaliningrad: pourquoi ça se tend avec la Russie dans cette zone stratégique

La Place Rouge à Moscou en avril 2022

La Place Rouge à Moscou en avril 2022 - Cédric Faiche

L'enclave russe de Kaliningrad est entourée de la Pologne et la Lituanie, deux pays membres de l'Otan. La Russie a accusé ce mardi l'Union européenne d'encourager une "escalade" des tensions après l'instauration de restrictions sur le passage via la Lituanie de certaines marchandises.

La Russie a promis ce mardi des mesures "sérieuses" contre la Lituanie, qui a instauré des restrictions pour certaines marchandises transitant vers l'enclave russe de Kaliningrad, conséquence des sanctions européennes contre l'offensive de Moscou en Ukraine.

"La Russie, bien sûr, réagira à de tels actes hostiles. Des mesures appropriées sont en train d'être élaborées au niveau inter-ministériel et seront adoptées prochainement", a affirmé Nikolaï Patrouchev, secrétaire du puissant Conseil de sécurité russe, lors d'une visite à Kaliningrad. "Elles auront de sérieuses conséquences négatives pour la population de la Lituanie", a-t-il poursuivi, cité par l'agence Interfax.

Lundi, Moscou a indiqué que Vilnius avait introduit durant le week-end des restrictions sur le transit par voie ferrée de marchandises frappées par les sanctions européennes en direction de la région de Kaliningrad.

Siège de la flotte russe en mer Baltique

Cette enclave stratégique et militarisée, siège de la flotte russe en mer Baltique, est entourée par la Lituanie et la Pologne, deux membres de l'Otan et de l'Union européenne qui soutiennent fermement Kiev depuis le début du conflit en Ukraine.

En réaction, le chef de la délégation de l'UE en Russie, Markus Ederer, a été convoqué mardi au ministère des Affaires étrangères à Moscou. Dans un communiqué, la diplomatie russe a accusé l'UE d'encourager une "escalade" et a exigé le rétablissement immédiat du transit vers Kaliningrad.

Entre 40% et 50% des importations de l'enclave pourraient être soumises aux restrictions

Dénonçant un "blocus", le gouverneur de Kaliningrad, Anton Alikhanov, a estimé qu'entre 40% et 50% des importations de l'enclave pourraient être soumises aux restrictions, du charbon aux métaux, en passant par les matériaux de construction et des biens technologiques.

Avec AFP