RMC

Les dirigeants de l'UE "rejettent" l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes

Dans un communiqué commun, les 27 dirigeants de l'Union européenne "rejettent" et "condamnent" l'annexion par la Russie des régions de Kherson, Zaporijjia, Donetsk et Lougansk annoncée par Vladimir Poutine, ce vendredi.

Les dirigeants des pays de l'Union européenne "rejettent" et "condamnent" "l'annexion illégale" par la Russie de quatre régions ukrainiennes, ont indiqué vendredi les 27 dans une déclaration, accusant Moscou de mettre "la sécurité mondiale en danger".

"Nous ne reconnaissons pas et ne reconnaîtrons jamais les 'référendums' illégaux que la Russie a organisés comme prétexte pour cette nouvelle violation de l'indépendance, de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, ni leurs résultats falsifiés et illégaux. Nous ne reconnaîtrons jamais cette annexion illégale", affirme la déclaration publiée peu avant la signature des actes d'annexion par le président russe Vladimir Poutine.

"Ces décisions sont nulles et non avenues (...) La Crimée, Kherson, Zaporijjia, Donetsk et Lougansk sont l'Ukraine. Nous appelons tous les États et organisations internationales à rejeter sans équivoque cette annexion illégale", ajoutent les 27.

"La Russie met la sécurité mondiale en danger"

"En sapant délibérément l'ordre international fondé sur des règles et en violant de manière flagrante les droits fondamentaux de l'Ukraine à l'indépendance, à la souveraineté et à l'intégrité territoriale (...) la Russie met la sécurité mondiale en danger", accusent les dirigeants de l'UE.

Les 27 réaffirment "le droit de l'Ukraine de se défendre contre l'agression russe pour reprendre le contrôle total de son territoire et de libérer les territoires occupés à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues". L'Union européenne continuera à apporter à l'Ukraine "un soutien économique, militaire, social et financier solide aussi longtemps qu'il le faudra", insistent les 27 pour conclure.

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez avec AFP Journaliste RMC