RMC

Missile en Pologne: "On a frôlé une crise très grave" selon Claude Blanchemaison

Ancien ambassadeur de France en Russie, Claude Blanchemaison explique dans "Apolline Matin", ce mercredi sur RMC et RMC Story, pourquoi le missile qui a tué deux personnes en Pologne a fait trembler le monde.

Deux morts en Pologne et une grosse frayeur à l'échelle mondiale. Un missile est tombé côté polonais ce mardi, dans le village de Przewodow, à proximité de la frontière avec l'Ukraine. Avant que le président américain Joe Biden juge "improbable" que le tir ait été effectué par la Russie, et que la France appelle à "la plus grande prudence" sur l'origine de la frappe, la crainte d'une escalade très risquée de la guerre en Ukraine a été largement partagée.

"On a frôlé une crise très grave, car la situation était très tendue hier (mardi), reconnait Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie, dans 'Apolline Matin' ce mercredi sur RMC et RMC Story. Il y a eu d'abord un discours insensé de Vladimir Poutine qui a fait encore l'apologie de la grande guerre patriotique, avec sa propre réécriture de l'histoire. Il est toujours dans son enfermement idéologique. Il avait donné l'ordre de bombarder les grandes villes ukrainiennes."

"La difficulté était de trouver la réponse proportionnée"

La Pologne étant membre de l'Otan, ses alliés auraient pu décider de réagir fortement en cas d'attaque. "L'article 5 de la Charte de l'Atlantique prévoit la solidarité automatique des alliés, mais il est clair que les Américains sont fermement décidés à ce que cette guerre reste sur le territoire ukrainien", souligne Claude Blanchemaison.

"La difficulté était de trouver la réponse proportionnée et ce n'était pas nécessairement la déclaration de guerre, estime l'ancien ambassadeur à Moscou. C'était extrêmement dangereux et on a échappé à une crise majeure. Cela aurait été un pas dans l'escalade, mais pas nécessairement un pas dans la guerre."

LP