RMC
en direct

EN DIRECT Missile en Pologne: la piste des systèmes ukrainiens de défense anti-aérienne se confirme

Un missile a atterri ce mardi en Pologne, près de la frontière ukrainienne, tuant deux personnes. Les réactions sont nombreuses, en attendant de connaître précisemment les conditions dans lesquelles cet évènement s'est produit. Selon le président américain Joe Biden, il est "improbable" que le tir ait été effectué depuis la Russie. La piste des systèmes ukrainiens de défense anti-aérienne semble se confirmer, comme l'a indiqué le président polonais.

L'Ukraine demande "un accès immédiat" au site

L'Ukraine a demandé ce mercredi "un accès immédiat" au site en Pologne où est tombé la veille un missile, dont Varsovie a jugé "hautement probable" qu'il s'agisse d'un projectile antiaérien ukrainien. "L'Ukraine demande un accès immédiat au site de la frappe pour les représentants de la Défense et des garde-frontières", a réclamé sur Twitter le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense ukrainien, Oleksiï Danilov, qui a dit souhaiter "un examen conjoint de l'incident".

Alerte info

"Pas d'indication d'une attaque délibérée" en Pologne, selon le chef de l'Otan

L'Otan ne dispose "d'aucune indication" permettant d'attribuer l'explosion mortelle en Pologne à "une attaque délibérée" contre ce pays, a estimé ce mercredi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg. "Notre analyse préliminaire suggère que l'incident a été probablement causé par un missile de système ukrainien de défense anti-aérienne tiré pour défendre le territoire ukrainien contre les missiles de croisière russes", a déclaré Jens Stoltenberg lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Le président polonais juge "hautement probable" que le missile provienne de la défense ukrainienne

Le président polonais Andrzej Duda a considéré ce mercredi comme "hautement probable" que le missile qui a tué deux personnes à la frontière avec l'Ukraine ait été utilisé par la défense ukrainienne. "Rien n'indique qu'il s'agissait d'une attaque intentionnelle contre la Pologne", a affirmé Andrzej Duda à la presse. "Il y a une forte probabilité qu'il s'agisse d'un missile qui a simplement été utilisé par la défense antimissile ukrainienne", a-t-il poursuivi. C'est "probablement un accident malheureux, hélas", a-t-il ajouté.

Alerte info

Emmanuel Macron veut que "la pleine clarté" soit faite sur l'origine du tir

S'exprimant à l'issue du sommet du G20 à Bali, le président français Emmanuel Macron a indiqué souhaiter "la pleine clarté" sur les raisons de l'explosion qui a tué deux personnes en Pologne. "Des analyses sont en cours, "nous coopérons avec la Pologne pour comprendre ce qui s'est passé", a-t-il souligné. "Aujourd'hui, ces circonstances ne permettent pas d'attribuer ces tirs. De premiers travaux ont été partagés par les services américains mais il nous faut rester très prudents", a ajouté le président de la République.

"La Russie n'a rien à voir avec l'incident qui s'est produit en Pologne" selon le Kremlin

Le Kremlin a salué ce mercredi la "retenue" des Etats-Unis au sujet du missile tombé la veille en Pologne, assurant que la Russie n'avait "rien à voir" avec cet incident qui a suscité une flambée de tension. "En l'occurrence, il faut noter la réaction pleine de retenue et plus professionnelle de la partie américaine", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dénonçant l'"hystérie" de "hauts responsables de plusieurs pays". "La Russie n'a rien à voir avec l'incident qui s'est produit en Pologne", a-t-il ajouté.

L'explosion serait due aux "systèmes ukrainiens de défense anti-aérienne", selon la Belgique

L'explosion qui a tué deux personnes dans l'est de la Pologne serait "le résultat de systèmes ukrainiens de défense anti-aérienne, utilisés pour contrer des missiles russes", a déclaré mercredi la ministre belge de la Défense, Ludivine Dedonder.

"Les investigations se poursuivent, actuellement rien n'indique qu'il s'agisse d'une attaque délibérée", a ajouté la ministre dans un communiqué. L'Ukraine a accusé la Russie d'avoir touché le territoire polonais par un tir de missile

Alerte info

Joe Biden a dit au G7 et à l'Otan qu'un tir ukrainien était à l'origine de l'explosion en Pologne

Selon l'agence Reuters, le président américain Joe Biden a informé les membres du G7 et de l'Otan que l'explosion de mardi en Pologne avait été provoquée par un tir de missile de la défense aérienne ukrainienne.

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités 

Moscou assure que le missile a été tiré par un système de défense des forces ukrainiennes

Au lendemain de la mort de deux personnes en Pologne après la chute d'un missile près de la frontière ukrainienne, Moscou assure que le missile a été tiré par un système de défense S-300 des forces ukrainiennes. Et que la frappe russe la plus proche de la Pologne était à 35 km de la frontière.

Réunion d'urgence à l'Otan

Une réunion d'urgence des ambassadeurs de l'Otan pour faire le point sur la chute d'un missile en Pologne, dont l'origine reste incertaine, a débuté ce mercredi matin au siège de l'Alliance à Bruxelles, ont annoncé des diplomates. Cette réunion, présidée par le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg, avait été annoncée mardi soir. Il est "important que tous les faits soient établis", avait déclaré le chef de l'Otan au sujet de l'explosion mortelle, alors que l'Ukraine a accusé la Russie.

Olaf Scholz met en garde contre toute "conclusion hâtive"

Le chancelier allemand Olaf Scholz a mis en garde mercredi contre toute "conclusion hâtive" après la chute meurtrière en Pologne d'un missile probablement de fabrication russe selon Varsovie. Lors d'un point presse au sommet du G20 qui se tient en Indonésie, retransmis par la chaîne allemande NTV, Olaf Scholz a déclaré: "Dans une affaire aussi grave, il faut se garder de toute conclusion hâtive sur le déroulement des faits avant une enquête soigneuse", actuellement toujours en cours.

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Alertes antiaériennes dans toutes les régions d'Ukraine au lendemain de frappes russes

Des sirènes d'alerte ont retenti mercredi matin dans toutes les régions d'Ukraine, selon une application officielle de défense antiaérienne, au lendemain de multiples frappes russes principalement sur des infrastructures énergétiques qui ont fait au moins un mort à Kiev. Sur une carte du pays mise à jour en temps réel, la vingtaine de régions ukrainiennes étaient en état d'alerte à 10h03 (8H03 GMT), selon cette application.

Marine Le Pen sur RMC-BFMTV: "Tous les efforts doivent aller vers une issue pacifique"

"Ça doit servir de leçon. Dans ce domaine, il faut faire preuve de sang-froid. Il faut trouver une voix pacifique, qui passerait par le retrait des troupes russes d'Ukraine. M. Zelensky n'est pas objectif, il recherche des alliés. Il faut se baser sur nos informations. La Pologne est un pays ami de la France. Si elle était attaquée volontairement, elle pourrait compter sur notre soutien. Oui, je suis inquiète, mais je le suis toujours, car je suis une mère de famille. La perspective d'une guerre mondiale me fait peur. Tous les efforts doivent aller vers une issue pacifique."

Alerte info

La frappe en Pologne est un "message" de la Russie au G20 selon Volodymyr Zelensky

La frappe d'un missile en Pologne "n'est rien d'autre qu'un message de la Russie adressé au sommet du G20", a déclaré ce mercredi le président ukrainien Volodymyr Zelensky par visioconférence devant les dirigeants du groupe réunis à Bali. Il y a "un Etat terroriste parmi vous, contre lequel il faut se défendre", a-t-il averti, désignant la Russie.

Alerte info

La Chine appelle toutes les parties à "rester calmes"

La Chine a appelé l'ensemble des acteurs au "calme" après par les informations faisant état de la chute meurtrière en Pologne d'un missile de fabrication russe et le placement en état d'alerte de l'armée polonaise. "Dans la situation actuelle, toutes les parties concernées doivent rester calmes et faire preuve de retenue afin d'éviter une escalade", a déclaré lors d'un point presse régulier Mao Ning, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

La frayeur provoquée par le missile qui a fait deux morts en Pologne

Joe Biden juge "improbable" un tir depuis la Russie

Le président américain Joe Biden a jugé mercredi "improbable" que le missile qui a frappé la Pologne ait été tiré depuis la Russie, une crise qui a assombri le sommet du G20 en Indonésie où Occidentaux et pays du Sud cherchaient un semblant d'unité face à la guerre en Ukraine.

Cet incident, qui a fait deux morts, renforce les craintes d'une escalade du conflit contre lesquelles n'ont cessé de mettre en garde les dirigeants des 20 grandes économies mondiales réunis --sans Vladimir Poutine-- depuis mardi à Bali.

Après une réunion d'urgence de près d'une heure dans l'île tropicale indonésienne, les chefs d'Etat ou de gouvernement du G7 (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Canada, Japon) et de l'Otan ont apporté leur "plein soutien" à la Pologne dans un communiqué. Sans accuser de responsables dans l'immédiat, ils ont décidé de "rester en contact étroit pour déterminer des prochaines étapes en fonction de l'enquête".

Alors que la Pologne, membre de l'Otan, a évoqué un missile "de fabrication russe" et que Kiev a mis en cause Moscou, le président américain a tempéré, estimant qu'il était "improbable" que l'engin ait été tiré "depuis la Russie". Moscou a nié être l'auteur de la frappe, le ministère russe de la Défense évoquant une "provocation intentionnelle dans le but de créer une escalade de la situation".

Alerte info

"On a frôlé une crise très grave" selon Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie

Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie, sur RMC:

"On a frôlé une crise très grave, car la situation était très tendue hier (mardi), d'abord après un discours insensé de Vladimir Poutine qui a fait encore l'apologie de la grande guerre patriotique, avec sa propre réécriture de l'histoire. Il est toujours dans son enfermement idéologique. Il avait donné l'ordre de bombarder les grandes villes ukrainiennes."

"L'article 5 de la Charte de l'Atlantique prévoit la solidarité automatique des alliés, mais il est clair que les Américains sont fermement décidés à ce que cette guerre reste sur le territoire ukrainien."

"La difficulté était de trouver la réponse proportionnée et ce n'était pas nécessairement la déclaration de guerre. C'était extrêmement dangereux et on a échappé à une crise majeure. Cela aurait été un pas dans l'escalade, mais pas nécessairement un pas dans la guerre."

Plus d'informations ici.

Le missile aurait été tiré par les Ukrainiens selon des responsables américains

Selon des responsables américains s'appuyant sur des éléments préliminaires, cités par Associated Press, le missile qui a tué deux personnes en Pologne aurait été tiré par les forces ukrainiennes alors qu'elles visaient un missile russe.

La France appelle à "la plus grande prudence" sur l'origine du tir

La France appelle à "la plus grande prudence" sur l'origine du missile tombé en Pologne, "beaucoup de pays" de la région disposant du même type d'armement, a déclaré mercredi l'Elysée, qui met en garde contre "les risques d'escalade importants".

"Il est logique qu'on aborde la question avec la plus grande prudence (..) Beaucoup de pays disposent du même type d'armements et donc identifier le type de missile n'est pas forcément identifier l'acteur qui l'a mis en oeuvre", a souligné la présidence française.

Ce que prévoit l'Otan quand l'un de ses membres est attaqué

>> Ce que prévoit l'Otan quand l'un de ses membres est attaqué

Qui a tiré ce missile ?

>> Des doutes sur l'origine du missile qui a tué deux personnes

La Pologne a été frappée par un missile qui a fait deux morts, ce mardi. Si le pays a d'abord décrit un projectile "très probablement de fabrication russe", des doutes sur l'origine du tir demeurent. Moscou, de son côté, dément catégoriquement toute implication.

Un missile tue deux personnes en Pologne, à proximité de la frontière avec l'Ukraine

La Pologne a placé mardi son armée en état d'alerte renforcée après avoir été atteinte par ce qu'elle a décrit comme un missile "très probablement de fabrication russe", qui a fait deux morts et qui pourrait marquer une escalade majeure du conflit en Ukraine avec l'implication d'un membre de l'Otan.

Les Occidentaux ont apporté leur soutien à la Pologne dans la foulée de la confirmation polonaise de ce missile tombé dans le sud-est du pays, près de la frontière avec l'Ukraine, et sur lequel pèsent de sérieuses interrogations.

"Il est improbable (...) qu'il ait été tiré depuis la Russie", a déclaré le président américain Joe Biden à l'issue d'une réunion d'urgence mercredi des dirigeants des grandes puissances du G7 (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Canada, Japon), en Indonésie, en marge du sommet du G20.

"Je vais m'assurer que nous puissions déterminer ce qu'il s'est passé exactement" avant de décider d'une réaction, a-t-il ajouté, après cette rencontre d'une heure environ à laquelle ont également participé des dirigeants de l'Espagne, des Pays-Bas et de l'Union européenne.

"A 15H40 (14H40 GMT), dans le village de Przewodow (...), un projectile de fabrication russe est tombé, tuant deux citoyens de la République de Pologne", selon un communiqué de Lukasz Jasina, porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, signalant que l'ambassadeur russe avait été convoqué pour "des explications détaillées".

Un peu plus tard, le président polonais Andrzej Duda a semblé temporiser, relevant qu'il n'y avait à ce stade pas de "preuve équivoque" sur l'origine du tir du missile meurtrier, "très probablement de fabrication russe" selon lui. "Une enquête est en cours", a-t-il relevé, affirmant qu'il s'agissait d'un incident "isolé".

"Il vient d'être décidé de relever le niveau d'alerte de certaines unités de combat... et d'autres personnels en uniforme", avait annoncé plus tôt le porte-parole du gouvernement polonais Piotr Müller.

Le chef de l'Otan Jens Stoltenberg doit tenir mercredi une "réunion d'urgence" avec les ambassadeurs de l'Alliance, selon une porte-parole.

La Pologne, qui partage une frontière avec l'Ukraine, envahie le 24 février par la Russie, est membre de l'Otan et quelque 10.000 militaires américains se trouvent dans le pays.

Il est "absolument essentiel d'éviter l'escalade de la guerre en Ukraine", a exhorté le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres dans un communiqué, se disant "très préoccupé". Il a réclamé une "enquête approfondie" sur le tir.

RMC