RMC

Pourquoi la tension monte entre la Turquie, la Grèce et aussi la France

La Grèce a commandé à la France 18 avions de chasse Rafale au coeur d'une escalade de tensions avec la Turquie en mer Méditerranée.

Depuis plus d'un mois maintenant, la Grèce et la Turquie sont en conflit ouvert. Au coeur de la discorde figurent des gisements d'hydrocarbure en mer Méditerranée. La Turquie veut les exploiter, mais ils se situent dans une zone où la Grèce estime être souveraine.

La tension entre les deux pays est montée d'un cran quand la Turquie a envoyé, le 10 août, un navire de prospection sismique accompagné de navires de guerre dans des eaux revendiquées par la Grèce, ce qui a poussé Athènes à lancer des manœuvres navales, avec le soutien notamment de la France.

Erdogan menace Macron

Dans ce dossier, la France a depuis le début clairement pris parti pour la Grèce. Jeudi encore, Emmanuel Macron estimait que le gouvernement turc avait des comportements inadmissibles et dénonçait une politique de confrontation.

"Ne cherchez pas querelle au peuple turc, ne cherchez pas querelle à la Turquie", a lancé samedi le président turc Recep Erdogan dans un discours télévisé à Istanbul, en référence aux sévères critiques émises par Emmanuel Macron envers Ankara à propos du différend gréco-turc.

Désormais, la Grèce compte sur la France pour renforcer ses forces armées puisqu'elle souhaite commander à la France 18 avions de combat Rafale. C'est la première fois qu'un pays européen commande des Rafales.

La ministre des Armées, Florence Parly, a salué samedi cette commande. Un choix qui "permettra d'intensifier la coopération opérationnelle et stratégique" entre les deux pays.

J.A. avec AFP et Martin Bourdin