RMC

Procès Mehdi Nemmouche: ses avocats avancent la "théorie du complot"

L'accusé de la tuerie du musée juif de Bruxelles est jugé depuis la semaine dernière. La stratégie de ses avocats: convaincre la cour que c'est un complot contre leur client.

Une théorie du complot au centre du procès Mehdi Nemmouche en Belgique. Les avocats de l'accusé de la tuerie du musée juif de Bruxelles ont fait valoir leurs arguments et leur ligne de défense, mardi, pour la première fois depuis le début du procès la semaine dernière.

Ils affirment que Mehdi Nemmouche n'est pas le tueur des quatre personnes, mais qu'il est victime d'un "grossier montage", pour camoufler une "attaque contre les services secrets israéliens". L'accusé a d'ailleurs refusé de s'exprimer, estimant que la liste de la centaine de personnes appelées à témoigner au procès avait été "expurgée" des témoignages à décharge.

Les conseils de Mehdi Nemmouche ont ainsi tenté de convaincre les jurés d'un "complot" contre leur client, expliquant que "l'Etat islamique n'avait rien à voir avec cette attaque" et qu'il s'agissait en réalité d'"une exécution ciblée d'agents du Mossad".

Des arguments avancés le plus sérieusement du monde, malgré les preuves établies par l'enquête

Ces deux agents seraient les deux touristes israéliens qui ont été tués. On sait que la femme a travaillé à une époque pour les services secrets israéliens en tant que comptable.

Une théorie du complot dénoncée par les parties civiles, mais les avocats de Nemmouche ne s'arrêtent pas là et affirment que l'accusé s'est fait "piéger" L'un d'eux a d'ailleurs brandi une capture des images de vidéosurveillance du musée où on le reconnait en affirmant qu'il s'agissait d'une "photo truquée".

Selon Me Talman, "les lunettes de soleil ont été effacées" sur la photo "et à la place on y a ajouté des yeux, un regard, la forme d'un nez". Des arguments avancés le plus sérieusement du monde, malgré les preuves établies par l'enquête, comme l'ADN de Mehdi Nemmouche trouvé sur l'une des deux armes.

Claire Andrieux (avec J.A.)