RMC

Qui Alireza Firouzja, génie précoce des échecs qui vise le titre de champion du monde?

"LE PORTRAIT DE POINCA" - C’est un jeune joueur d'échecs franco-Iranien qui vient de devenir le numéro deux mondial.

Il s’appelle Alireza Firouzja, il a 18 ans et il vient d'enchaîner deux performances exceptionnelles dans deux grands tournois qui font de lui le deuxième joueur du monde d’échec juste derrière le champion du monde suédois Magnus Carlsen. Il a 2800 Points au classement Elo, un score qu’aucun joueur n’avait jamais atteint à 18 ans. Ni le génie américain Bobby Fischer dans les années 60, ni Gary Kasparov l’ogre de Bakou.

Alireza Firouzja vient de se qualifier pour le tournoi des candidats, les huit meilleurs joueurs du monde qui s’affronteront au printemps. Le vainqueur rencontrera ensuite le champion du monde pour tenter de lui ravir son titre. C’est l’objectif d’Alizera, être champion du monde en 2023 ou 2025. S’il y parvient, il sera le plus jeune de tous les temps.

>> A LIRE AUSSI - Qui est Maxime Vachier Lagrave, le meilleur joueur d'échecs français de tous les temps?

Et ce génie vit à Chartres depuis un an. Au départ, il a grandi à Téhéran avec ses parents qui avaient une agence immobilière et qui ne connaissaient rien aux échecs, mais il avait un grand frère qui lui était passionné. À huit ans, ce frère, Mohamad, l’initie au jeu, mais il est vite dégoûté. Il se fait écraser par le petit.

Naturalisé Français en juillet dernier

A 12 ans, Alireza est champion d’Iran, à 15 ans, grand maître international et c’est là que les ennuis commencent. Il a plusieurs fois l’occasion de jouer en tournoi contre des Israéliens, ce qui est interdit par les autorités iraniennes. Il décide alors de concourir sous le drapeau de la fédération internationale puis de quitter son pays.

Il reçoit plusieurs offres dont une du plus grand club américain. Mais il choisit le Club d’Échec de Chartres. Parce que la France est le pays des droits de l’homme. Parce que la mairie et le club lui offrent un logement pour lui, ses parents et son frère, du matériel informatique de haut niveau, et aussi parce qu’un ancien très grand champion russe, Gata Kamsky, vit à Charte et devient un de ses entraîneurs. L’argent n’etait pas un enjeu parce que le gamin gagne déjà tres bien sa vie. Il a par exemple empoché 70.000 euros le week-end dernier en remportant un tournoi à Riga.

La famille est arrivée il y a un peu plus d’un an. En juillet, le champion à été naturalisé Français. Il s'entraîne 10 heures par jour. Il n’a pas encore vraiment trouver le temps d’apprendre le français. Mais le président du club, François Gilles, lui a trouvé une prof 

Nicolas Poincaré