RMC

Russie: un militaire suspendu après avoir mobilisé, par erreur, des milliers de personnes

En Russie, de nombreuses personnes ont manifesté malgré la répression, fin septembre, contre la mobilisation.

En Russie, de nombreuses personnes ont manifesté malgré la répression, fin septembre, contre la mobilisation. - ALEXANDER NEMENOV / AFP

Un militaire russe, responsable du recrutement dans une région russe d'Extrême-Orient a été suspendu de ses fonctions après la convocation, par erreur, de milliers de personnes pour combattre en Ukraine, a annoncé, ce lundi, un responsable local.

Un responsable du recrutement militaire dans une région russe d'Extrême-Orient, a été suspendu après avoir convoqué, par erreur, des milliers de personnes pour prendre part à la guerre en Ukraine, a annoncé un responsable local ce lundi 3 octobre 2022.

"Le commissaire militaire de la région de Khabarovsk, Iouri Laïko, est suspendu de ses fonctions. Cela n'aura aucune influence sur l'objectif que nous a fixé le président", a déclaré le gouverneur Mikhaïl Degtiariov, dans une vidéo sur Telegram.

"Ils ne remplissaient pas les critères de sélection"

Si le responsable n'a pas donné les raisons précises de cette suspension, il a dit que de nombreuses erreurs avaient été commises.

"En dix jours, plusieurs milliers de nos compatriotes ont reçu des convocations et se sont rendus dans les commissariats militaires. Nous avons renvoyé à la maison environ la moitié d'entre eux, car ils ne remplissaient pas les critères de sélection pour entrer dans l'armée", a ajouté le gouverneur.

De nombreuses personnes mobilisées par erreur

Les erreurs dans les convocations sont nombreuses. En Iakoutie, une immense région de Sibérie orientale, environ 300 hommes ont aussi été mobilisés par erreur et renvoyés chez eux, a indiqué lundi un responsable cité par l'agence de presse TASS.

Depuis l'annonce de la mobilisation "partielle" par Vladimir Poutine, le 21 septembre 2022, de multiples cas de mobilisation de personnes âgées, d'étudiants ou même de personnes malades avaient été signalés. Par conséquent, la semaine dernière, Vladimir Poutine a exigé que soient "corrigées les erreurs" dans la mobilisation.

AB avec AFP