RMC

Un jihadiste français tué en Syrie dans une frappe de l'armée française

-

- - AFP

Macrème Abrougui, un jihadiste originaire de Seine-Saint-Denis a été tué dans la nuit du 6 au 7 octobre dans une frappe de l'armée française. Il est soupçonné d'avoir participé à un projet d'attentat contre l'église de Villejuif.

Macrème Abrougui, 32 ans, a été tué dans la nuit du 6 au 7 octobre dernier dans une frappe de l'armée française. Selon nos informations, il se trouvait dans un entrepôt de fabrication d'explosif près de Raqqa.

Ce jihadiste français, proche des frères Clain, est soupçonné d'avoir aidé à la préparation d'une attaque contre une église de Villejuif. Un projet d'attentat avorté.

Le 19 avril 2015, Sid Ahmed Ghlam, un jeune étudiant algérien, est arrêté. Et l'enquête va démontrer très vite qu'il a reçu par message des ordres venus de l'étranger. Macrème Abrougui est cité dans ces messages. Surnommé Vega, le jihadiste français est celui qui devait fournir une voiture à Sid Ahmed Ghlam.

Originaire de Seine-Saint-Denis, Macrème Abrougui est d'origine tunisienne. Après la mort de sa mère, le jeune homme devient de plus en plus radical et adepte des écrits jihadistes.

Avec son frère jumeau, il va monter un garage à Saint-Brice-sous-Forêt dans le Val d'Oise. Un garage où les gens viennent réparer eux-mêmes leur voiture.

Il part en Syrie en mars 2015

L'établissement devient très vite un lieu de rendez-vous. C'est là qu'il rencontre Fabien Clain, condamné en 2009 à cinq ans de prison pour avoir animé la filière irakienne dite d’Artigat. Fabien Clain est déjà un redoutable prédicateur. Dans une salle de prière au sous-sol du garage, des clips de propagande jihadiste sont diffusés.

En mars 2015, Macrème Abrougui, après avoir vendu son garage, prend la route de la Syrie, avec Fabien Clain. Il quitte la France avec sa femme et leur bébé âgé seulement de quelques semaines.

C'est la première fois qu'on apprend que l'armée française a tué en Syrie un Français cité dans une enquête sur la préparation d'un attentat.

Céline Martelet