RMC

L'égalité salariale femme-homme en entreprise progresse

-

- - -

La note moyenne obtenue par les entreprises françaises en matière d’égalité homme femme, selon la notation élaborée par le ministère du Travail, a augmenté entre 2020 et 2021.

86 sur 100 ou 8,6 sur 10 pour faire plus scolaire, c’est la note moyenne obtenue par les entreprises françaises en matière d’égalité homme femme, selon la notation élaborée par le ministère du Travail, et dont les résultats ont été présentés lundi. 

Cette notation s’appuie sur cinq critères: l'écart de rémunération, l'écart dans les augmentations annuelles, l'écart dans les promotions, les augmentations au retour de congé maternité et la part de femmes dans les dix plus gros salaires). 

Cette note de 86 sur 100 est en légère progression, 1 point par rapport à l’année dernière. Les plus mauvaises notes, elles sont attribuées aux critères "retour de congé maternité" et "parité dans les 10 plus hautes rémunérations". 11% des entreprises ont encore obtenu un 0 pointé sur l’indicateur « retour de congé maternité".

Très clairement, avantage aux grandes entreprises sur les PME : les entreprises de plus de 1.000 salariés obtiennent une note moyenne de 89 sur 100. Néanmoins seules 2% des entreprises obtiennent la note maximale de 100.

Les entreprises françaises font plutôt mieux que leurs concurrentes étrangères

Selon le classement publié lundi par le cabinet Equileap, qui passe au crible l’égalité homme femmes sur la base de 19 critères, les grandes entreprises françaises se classent en tête devant les entreprises espagnoles, italiennes, britanniques, suédoises, australiennes et allemandes.

La société qui a eu le plus haut score est l’entreprise immobilière australienne Mirvac, à 79%. Dans le détail, chez les Français, le premier groupe est Danone (13e), doublant L’Oréal, devant l’an dernier. Et seulement 1% des entreprises américaines sont dans le Top 100, et pour le Japon, c’est un zéro pointé.