RMC

"L’honneur d’une famille ne peut pas se porter sur la virginité d’une femme": le cri du coeur de Sonia Krimi contre les tests de virginité

TEMOIGNAGE RMC - Invitée de RMC, la députée LREM s'est confiée sur son vécu. Elle raconte à Apolline de Malherbe.

Elle le répète: elle n'a rien contre les religions. Mais beaucoup plus sur ce que font certaines personnes au nom de celles-ci. 

Lundi 8 février, lors des débats parlementaires sur le projet de loi "confortant les principes républicains", Sonia Krimi, députée LREM d'origine tunisienne, a lancé un message aux jeunes filles qui pourraient être contraintes à subir de telles pratiques:

"Dites non à ces tests de virginité, dites non à ces retours au bled, dites non à ces mariages forcés. Votre pays, la France, vous protègera". Et de préciser devant les députés: "J’avais votre âge, j’ai dit non et je pense que ça m’a pas mal réussi jusqu’à aujourd’hui".

>> A LIRE AUSSI - Vers l'interdiction des tests de virginité en France: en quoi consistent ces examens?

Pourquoi demander à une femme qu’elle soit vierge?

Ce jeudi matin sur RMC, Sonia Krimi s'est livrée sans fard sur son vécu personnel. Elle raconte ainsi comment, adolescente, elle a subi ce test chez un gynécologue. Face à Apolline de Malherbe, elle confie:

"J’ai dit non à tout ce poids de famille, ce poids de société, qui résume l’honneur d’une famille à la virginité de nos filles. C’est quelque chose qui existe. C’est une question taboue dont on ne parle pas assez. Pourquoi on mesure l’honnêteté d’une famille ou on mesure l’honneur d’une famille par la virginité de sa fille? Pourquoi a-t-on un problème autour de l'anatomie de la femme?
Je dis non à ma grand-mère. Je dis non à ma mère. Vous avez supporté cela: les jeunes filles doivent se dresser contre cela. Toutes les femmes arabes ou vivant dans une culture religieuse forte subissent la pression de la virginité. Pourquoi demander à une femme qu’elle soit vierge? En quoi le fait qu’elle soit vierge ou que vous soyez le premier dans sa vie vous rendra plus mâle ou plus viril" explique-t-elle face à Apolline de Malherbe.

"Pourquoi ce poids autour d'un trou?"

"J’ai un problème avec tout ce qui veut asservir le corps des femmes. Toutes les femmes arabes ou vivant dans une culture religieuse forte subissent" la pression de la virginité, explique-t-elle. "Des millions de femmes arabes se cousent l’hymen avant leur mariage" et "préfèrent mentir". 

"Des millions de femmes arabes se cousent l’hymen avant leur mariage. C’est une violation de l’intimité d’une femme: un asservissement voulu par les hommes sur les femmes qui ont traduit la religion comme ils le voulaient. Je pense qu’à 38 ans mon père pense que je suis encore vierge. Pourquoi ce poids autour d’un trou?
C’est une violation de l’intimité d’une femme: un asservissement voulu par les hommes sur les femmes qui ont traduit la religion comme ils le voulaient" conclut-elle sur RMC.
La rédaction de RMC